Soja, Partie 1—Les Principales Controverses

Par Jack Norris, RD

Plus d’Informations sur le Soja

Contenu

Cancer du sein

Le soja contient des isoflavones, qui ont la capacité de se lier aux récepteurs d’œstrogènes. Il y a environ 25 mg d’isoflavones dans une portion de soja.

Les études de cas-témoins sur le soja et le cancer du sein ont été généralement encourageantes pour celles qui ont du soja dans leur alimentation, la moitié environ associant le soja à un risque plus faible de cancer du sein et l’autre moitié ne montrant pas d’effets.

Les études prospectives, qui constituent généralement un niveau de preuve plus élevé que les études cas-témoins, ont également été très positives. Parmi les six études réalisées sur des populations ayant des apports plus élevés en soja (environ une à deux portions par jour est la quantité supérieure typique), l’étude sur la santé des Chinois de Singapour (1), l’étude sur les femmes de Shanghai (23) et l’étude du Centre de santé publique du Japon (4) ont toutes constaté que des apports plus élevés en soja étaient associés à un risque réduit. L’étude de cohorte collaborative japonaise (5) et l’étude japonaise sur la durée de vie (6) n’ont trouvé aucune association.

L’étude European Prospective Investigation into Cancer-Oxford (EPIC) (7), qui contenait un grand nombre de végétariens, n’a également trouvé aucune association. En ce qui concerne l’absence d’association dans l’étude européenne, certains ont émis l’hypothèse que pour bénéficier des avantages du soja, l’exposition doit avoir lieu pendant l’adolescence, lorsque les seins se développent, alors que les végétariens occidentaux ajoutent souvent du soja à leur alimentation à l’âge adulte.

Concernant les femmes atteintes d’un cancer du sein, y compris celles dont les tumeurs se développent en réponse au contact avec les œstrogènes (dites récepteurs d’œstrogènes positifs), les auteurs de l’étude Women’s Healthy Eating and Living Study (8) écrivent :

Notre étude est la troisième étude épidémiologique à ne rapporter aucun effet négatif des aliments à base de soja sur le pronostic du cancer du sein. L’ensemble de ces études, qui varient par leur composition ethnique (deux aux États-Unis et une en Chine) et par le niveau et le type de consommation de soja, fournit les preuves épidémiologiques nécessaires pour que les cliniciens n’aient plus à déconseiller la consommation de soja aux femmes diagnostiquées avec un cancer du sein.

Une méta-analyse dose-réponse de 2019 portant sur des études de cohorte prospectives a révélé qu’une augmentation de 10 mg/jour de l’apport en isoflavones de soja était associée à une diminution de 9 % du risque de mortalité par cancer du sein, et qu’une augmentation de 5 g/jour de l’apport en protéines de soja était associée à une réduction de 12 % des décès par cancer du sein (48).

Voyez également Soy and Cancer Risk: Our Expert’s Advice de l’American Cancer Society.

Démence

L’étude Honolulu-Asia Aging Study de 2000 a établi un lien entre le soja et la baisse des fonctions cognitives et le rétrécissement du cerveau. Voici un examen plus approfondi de la recherche sur le soja et la cognition mentale.

Douze essais cliniques à court terme d’une semaine à un an ont été réalisés. Neuf montrent que le soja est utile (91011121314151617), tandis que trois ont montré que le soja était neutre (181920).

Les études épidémiologiques (contrairement aux essais cliniques) examinent les schémas de consommation de soja et de cognition dans des populations spécifiques. Une de ces études a révélé que le tempeh (un aliment à base de soja fermenté) était associé à une amélioration de la cognition (21). Trois rapports d’études épidémiologiques ont associé le tofu à une cognition réduite dans certains groupes (212223), mais à une cognition accrue dans un autre groupe (24), et neutre dans d’autres (2324). Les résultats néfastes pour le tofu dans les études épidémiologiques sont probablement dus à une confusion causée par le fait que les personnes de statut économique inférieur ont traditionnellement consommé plus de tofu dans les cultures asiatiques, ainsi que par le fait que certains tofus indonésiens ont été préparés à l’aide de formaldéhyde.

La recherche dans son ensemble ne donne que peu de raisons de s’inquiéter.

Formules pour nourrissons

L’inquiétude concernant les préparations pour nourrissons est compréhensible étant donné que les nourrissons consommeront une grande partie de leur alimentation sous forme de soja.

L’Académie américaine de pédiatrie et le Programme national de toxicologie considèrent que les préparations à base de soja sont sans danger.

L’étude la plus importante à ce jour, qui suit des adultes qui ont été nourris avec des préparations à base de soja lorsqu’ils étaient nourrissons, donne l’assurance qu’il n’y a aucune raison de s’inquiéter pour la thyroïde ou la fonction de reproduction (25).

L’étude Beginnings est une étude en cours qui examine les effets du lait maternisé sur le développement de l’enfant (26). Elle n’en est qu’à ses débuts, avec des résultats provenant d’enfants âgés d’un an seulement, mais à ce jour, aucun effet négatif du soja n’a été constaté sur la croissance, les organes sexuels ou le développement neurologique par rapport aux enfants recevant une préparation à base de lait de vache.

Certaines recherches montrent qu’il est préférable de choisir une préparation à base de soja contenant du DHA, et il est important de noter que la préparation à base de soja n’est pas destinée aux enfants nés avant terme.

Caractéristiques féminisantes

En ce qui concerne la crainte que le soja puisse provoquer des caractéristiques féminisantes chez les hommes, deux études de cas ont été réalisées. Dans l’une, un homme consommant douze portions par jour de lait de soja a développé des tissus mammaires hypertrophiés et sensibles (27). Dans l’autre, un homme atteint de diabète de type 1 mangeait 14 portions par jour d’aliments à base de soja, essentiellement transformés, pendant un an et a développé un dysfonctionnement érectile (28), qui s’est normalisé après l’arrêt du soja. Bien que je ne recommande pas de manger autant de soja, une étude a utilisé des quantités encore beaucoup plus élevées d’isoflavones et n’a constaté aucun problème pour la plupart des hommes (29).

Pour ce qui est de la quantité et de la qualité du sperme, si une étude épidémiologique a soulevé des préoccupations, bien que mineures, concernant le soja et la quantité de sperme (30), deux études cliniques n’ont montré aucun effet du soja (3132).

Thyroïde

Les isoflavones peuvent affecter les niveaux d’hormones thyroïdiennes – surtout si une personne souffre d’une carence en iode. Un essai clinique de 2011 a révélé que 16 mg/jour d’isoflavones chez des personnes souffrant d’hypothyroïdie légère semblait provoquer une augmentation du taux d’évolution vers une hypothyroïdie manifeste (33).

Neuf autres essais cliniques n’ont montré aucun effet du soja sur la thyroïde par rapport au placebo chez des personnes ayant une thyroïde présumée saine (343536373839404142), tandis que les cinq autres études ont trouvé de petits changements, tous sans signification physiologique (4344454647).

Les personnes sans hypothyroïdie ne devraient pas avoir de problèmes avec le soja tant qu’elles consomment suffisamment d’iode, mais jusqu’à ce que nous en sachions plus, les personnes souffrant d’hypothyroïdie légère pourraient vouloir éviter le soja, juste pour être en sécurité.

Les avantages du soja

En plus de réduire le risque de cancer du sein comme mentionné ci-dessus, le soja offre également des avantages pour prévenir le cancer de la prostate, réduire le cholestérol LDL et améliorer les symptômes de la ménopause. Veuillez consulter Soja Partie 2-La Recherche Scientifique pour plus de détails.

Lorsque vous additionnez toutes les recherches sur le soja, il n’y a aucune raison de penser que deux portions par jour sont nocives pour la plupart des gens, et de bonnes raisons de penser que le soja apporte certains avantages pour la santé.

Références

Last updated April 2011

1. Butler LM, Wu AH, Wang R, Koh WP, Yuan JM, Yu MC. A vegetable-fruit-soy dietary pattern protects against breast cancer among postmenopausal Singapore Chinese women. Am J Clin Nutr. 2010 Apr;91(4):1013-9.

2. Wu AH, Koh WP, Wang R, Lee HP, Yu MC (2008) Soy intake and breast cancer risk in Singapore Chinese health study. Br J Cancer 99(1):196–200.

3. Lee SA, Shu XO, Li H, Yang G, Cai H, Wen W, Ji BT, Gao J, Gao YT, Zheng W. Adolescent and adult soy food intake and breast cancer risk: results from the Shanghai Women’s Health Study. Am J Clin Nutr. 2009 Jun;89(6):1920-6.

4. Yamamoto S, Sobue T, Kobayashi M, Sasaki S, Tsugane S; Japan Public Health Center-Based Prospective Study on Cancer Cardiovascular Diseases Group. Soy, isoflavones, and breast cancer risk in Japan. J Natl Cancer Inst. 2003 Jun 18;95(12):906-13.

5. Nishio K, Niwa Y, Toyoshima H, Tamakoshi K, Kondo T, Yatsuya H, Yamamoto A, Suzuki S, Tokudome S, Lin Y, Wakai K, Hamajima N, Tamakoshi A. Consumption of soy foods and the risk of breast cancer: findings from the Japan Collaborative Cohort (JACC) Study. Cancer Causes Control. 2007 Oct;18(8):801-8.

6. Key TJ, Sharp GB, Appleby PN, Beral V, Goodman MT, Soda M, Mabuchi K. Soya foods and breast cancer risk: a prospective study in Hiroshima and Nagasaki, Japan. Br J Cancer. 1999 Dec;81(7):1248-56.

7. Travis RC, Allen NE, Appleby PN, Spencer EA, Roddam AW, Key TJ. A prospective study of vegetarianism and isoflavone intake in relation to breast cancer risk in British women. Int J Cancer. 2008 Feb 1;122(3):705-10.

8. Caan BJ, Natarajan L, Parker BA, Gold EB, Thomson CA, Newman VA, Rock CL, Pu M, Al-Delaimy WK, Pierce JP. Soy Food Consumption and Breast Cancer Prognosis. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev. 2011 Feb 25.

9. File SE, Jarrett N, Fluck E, Duffy R, Casey K, Wiseman H. Eating soya improves human memory. Psychopharmacology (Berl) 2001; 157:430-6.

10. Duffy R, Wiseman H, File SE. Improved cognitive function in postmenopausal women after 12 weeks of consumption of a soya extract containing isoflavones. Pharmacol Biochem Behav. 2003 Jun;75(3):721-9.

11. Thorp AA, Sinn N, Buckley JD, Coates AM, Howe PR. Soya isoflavone supplementation enhances spatial working memory in men. Br J Nutr. 2009 Nov;102(9):1348-54.

12. Kritz-Silverstein D, Von Mühlen D, Barrett-Connor E, Bressel MA. Isoflavones and cognitive function in older women: the Soy and Postmenopausal Health In Aging (SOPHIA) Study. Menopause. 2003 May-Jun;10(3):196-202.

13. Fournier LR, Ryan Borchers TA, Robison LM, Wiediger M, Park JS, Chew BP, McGuire MK, Sclar DA, Skaer TL, Beerman KA. The effects of soy milk and isoflavone supplements on cognitive performance in healthy, postmenopausal women. J Nutr Health Aging. 2007 Mar-Apr;11(2):155-64.

14. Islam F, Sparkes C, Roodenrys S, Astheimer L. Short-term changes in endogenous estrogen levels and consumption of soy isoflavones affect working and verbal memory in young adult females. Nutr Neurosci. 2008 Dec;11(6):251-62.

15. Celec P, Ostatnikova D, Hodosy J, Putz Z, Kúdela M. Increased one week soybean consumption affects spatial abilities but not sex hormone status in men. Int J Food Sci Nutr. 2007 Sep;58(6):424-8.

16. Ostatníková D, Celec P, Hodosy J, Hampl R, Putz Z, Kúdela M. Short-term soybean intake and its effect on steroid sex hormones and cognitive abilities. Fertil Steril. 2007 Dec;88(6):1632-6.

17. Celec P, Ostatníková D, Cagánová M, Zuchová S, Hodosy J, Putz Z, Bernadic M, Kúdela M. Endocrine and cognitive effects of short-time soybean consumption in women. Gynecol Obstet Invest. 2005;59(2):62-6.

18. Kreijkamp-Kaspers, S., Kok, L., Grobbee, D.E., de Haan, E.H.F., Aleman, A., Lampe, J.W., van der Schouw, Y.T. Effect of soy protein containing isoflavones on cognitive function, bone mineral density, and plasma lipids in postmenopausal women: A randomized controlled trial, JAMA. 2004;292:65-74.

19. Ho SC, Chan AS, Ho YP, So EK, Sham A, Zee B, Woo JL. Effects of soy isoflavone supplementation on cognitive function in Chinese postmenopausal women: a double-blind, randomized, controlled trial. Menopause. 2007 May-Jun;14(3 Pt 1):489-99.

20. Pilsáková L, Riecanský I, Ostatníková D, Jagla F. Missing evidence for the effect one-week phytoestrogen-rich diet on mental rotation in two dimensions. Neuro Endocrinol Lett. 2009 Mar;30(1):125-30.

21. Hogervorst E, Sadjimim T, Yesufu A, Kreager P, Rahardjo TB. High tofu intake is associated with worse memory in elderly Indonesian men and women. Dement Geriatr Cogn Disord. 2008;26(1):50-7. (Epub 2008 Jun 27)

22. White LR, Petrovitch H, Ross GW, Masaki K, Hardman J, Nelson J, Davis D, Markesbery W. Brain aging and midlife tofu consumption. J Am Coll Nutr. 2000 Apr;19(2):242-55.

23. Rice MM, Graves AN, McCurry SM, Larson EB. Tofu consumption and cognition in older Japanese American men and women. J Nutr 2000(Suppl):676S. (Published only as abstract)

24. Hogervorst E, Mursjid F, Priandini D, Setyawan H, Ismael RI, Bandelow S, Rahardjo TB. Borobudur revisited: Soy consumption may be associated with better recall in younger, but not in older, rural Indonesian elderly. Brain Res. 2010 Oct 28. (Epub ahead of print)

25. Strom BL, Schinnar R, Ziegler EE, Barnhart KT, Sammel MD, Macones GA, Stallings VA, Drulis JM, Nelson SE, Hanson SA. Exposure to soy-based formula in infancy and endocrinological and reproductive outcomes in young adulthood. JAMA. 2001 Aug 15;286(7):807-14.

26. Badger TM, Gilchrist JM, Pivik RT, Andres A, Shankar K, Chen JR, Ronis MJ. The health implications of soy infant formula. Am J Clin Nutr. 2009 May;89(5):1668S-1672S.

27. Martinez J, Lewi JE. An unusual case of gynecomastia associated with soy product consumption. Endocr Pract 2008;14:415–8. (Abstract)

28. Siepmann T, Roofeh J, Kiefer FW, Edelson DG. Hypogonadism and erectile dysfunction associated with soy product consumption. Nutrition. 2011 Feb 23.

29. Fischer L, Mahoney C, Jeffcoat AR, Koch MA, Thomas BE, Valentine JL, et al. Clinical characteristics and pharmacokinetics of purified soy isoflavones: multiple-dose administration to men with prostate neoplasia. Nutr Cancer 2004;48(2):160–70.

30. Chavarro JE, Toth TL, Sadio SM, Hauser R. Soy food and isoflavone intake in relation to semen quality parameters among men from an infertility clinic. Hum Reprod. 2008 Nov;23(11):2584-90.

31. Beaton LK, McVeigh BL, Dillingham BL, Lampe JW, Duncan AM. Soy protein isolates of varying isoflavone content do not adversely affect semen quality in healthy young men. Fertil Steril. 2010 Oct;94(5):1717-22.

32. Messina M, Watanabe S, Setchell KD. Report on the 8th International Symposium on the Role of Soy in Health Promotion and Chronic Disease Prevention and Treatment. J Nutr. 2009 Apr;139(4):796S-802S.

33. Sathyapalan T, Manuchehri AM, Thatcher NJ, Rigby AS, Chapman T, Kilpatrick ES, Atkin SL. The Effect of Soy Phytoestrogen Supplementation on Thyroid Status and Cardiovascular Risk Markers in Patients with Subclinical Hypothyroidism: A Randomized, Double-Blind, Crossover Study. J Clin Endocrinol Metab. 2011 Feb 16. (Epub ahead of print)

34. USDA Database for the Isoflavone Content of Selected Foods Release 2.0. 2008.

35. Bruce B, Messina M, Spiller GA. Isoflavone supplements do not affect thyroid function in iodine-replete postmenopausal women. J Med Food. 2003 Winter;6(4):309-16.

36. Tousen Y, Ezaki J, Fujii Y, Ueno T, Nishimuta M, Ishimi Y. Natural S-equol decreases bone resorption in postmenopausal, non-equol-producing Japanese women: a pilot randomized, placebo-controlled trial. Menopause. 2011 Jan 19. (Epub ahead of print)

37. Ham JO, Chapman KM, Essex-Sorlie D, Bakhit RM, Prabhudesai M, Winter L, Erdman JW, Potter S. Endocrinological response to soy protein and fiber in mildly hypercholesterolemic men. Nutr Res 1993; 13:873-884.

38. Zung A, Shachar S, Zadik Z, Kerem Z. Soy-derived isoflavones treatment in children with hypercholesterolemia: a pilot study. J Pediatr Endocrinol Metab. 2010 Jan-Feb;23(1-2):133-41.

39. Dillingham BL, McVeigh BL, Lampe JW, Duncan AM. Soy protein isolates of varied isoflavone content do not influence serum thyroid hormones in healthy young men. Thyroid. 2007 Feb;17(2):131-7.

40. Mackey R, Ekangaki A, Eden JA. The effects of soy protein in women and men with elevated plasma lipids. Biofactors. 2000;12(1-4):251-7.

41. Roughead ZK, Hunt JR, Johnson LK, Badger TM, Lykken GI. Controlled substitution of soy protein for meat protein: effects on calcium retention, bone, and cardiovascular health indices in postmenopausal women. J Clin Endocrinol Metab. 2005 Jan;90(1):181-9.

42. Lydeking-Olsen E, Beck-Jensen JE, Setchell KD, Holm-Jensen T. Soymilk or progesterone for prevention of bone loss–a 2 year randomized, placebo-controlled trial. Eur J Nutr. 2004 Aug;43(4):246-57.

43. Duncan AM, Merz BE, Xu X, Nagel TC, Phipps WR, Kurzer MS. Soy isoflavones exert modest hormonal effects in premenopausal women. J Clin Endocrinol Metab. 1999 Jan;84(1):192-7.

44. Hampl R, Ostatnikova D, Celec P, Putz Z, Lapcík O, Matucha P. Short-term effect of soy consumption on thyroid hormone levels and correlation with phytoestrogen level in healthy subjects. Endocr Regul. 2008 Jun;42(2-3):53-61.

45. Jayagopal V, Albertazzi P, Kilpatrick ES, Howarth EM, Jennings PE, Hepburn DA, Atkin SL. Beneficial effects of soy phytoestrogen intake in postmenopausal women with type 2 diabetes. Diabetes Care. 2002 Oct;25(10):1709-14.

46. Persky VW, Turyk ME, Wang L, Freels S, Chatterton R Jr, Barnes S, Erdman J Jr, Sepkovic DW, Bradlow HL, Potter S. Effect of soy protein on endogenous hormones in postmenopausal women. Am J Clin Nutr. 2002 Jan;75(1):145-53.

47. Watanabe S, Terashima K, Sato Y, Arai S, Eboshida A. Effects of isoflavone supplement on healthy women. Biofactors. 2000;12(1-4):233-41.

48. Nachvak SM, Moradi S, Anjom-Shoae J, Rahmani J, Nasiri M, Maleki V, Sadeghi O. Soy, Soy Isoflavones, and Protein Intake in Relation to Mortality from All Causes, Cancers, and Cardiovascular Diseases: A Systematic Review and Dose-Response Meta-Analysis of Prospective Cohort Studies. J Acad Nutr Diet. 2019 Sep;119(9):1483-1500.e17.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :