Statut B12 des adultes végétaliens

Contenu

Résumé

Les adultes végétaliens qui ne se supplémentent pas en vitamine B12 ont tendance à avoir des taux sériques de B12 plus faibles que les non-végétariens. Ils ont parfois des globules rouges plus grands et des taux élevés de MMA indiquant une anémie. Ils présentent parfois des symptômes manifestes de carence en B12. Ces caractéristiques augmentent au fur et à mesure que l’on suit un régime végétalien.

Les végétaliens qui complètent leur alimentation avec de la vitamine B12 ont tendance à avoir des taux sériques de B12 dans la gamme normale.

Des études supplémentaires sur le statut B12 chez les végétaliens se trouvent dans Homocystéine et carence légère en B12 chez les végétaliens.

Essai clinique polonais (2012)

Un groupe de 20 omnivores a accepté de suivre un régime végétalien pendant 5 ans. La moitié du groupe a consommé des aliments enrichis en B12 et l’autre moitié n’en a pas consommé. Aucun des deux groupes n’a pris de suppléments de B12. La quantité de B12 reçue via les aliments enrichis n’a pas été mesurée. Après 5 ans, les niveaux de B12 dans le groupe utilisant des aliments enrichis sont passés d’environ 340 à 310 pg/ml. Les taux de B12 sont passés d’environ 290 à 220 pg/ml dans le groupe n’utilisant pas d’aliments enrichis. Seuls deux participants ont eu des niveaux de B12 inférieurs à 200 pg/ml, traditionnellement considérés comme le seuil de la carence en B12, et ils appartenaient tous deux au groupe des aliments non enrichis (Mądry, 2012).

EPIC-Oxford (2001 & ; 2010)

Un résumé de l’étude EPIC-Oxford a fait état des taux plasmatiques de vitamine B12 d’un sous-ensemble d’hommes (Lloyd-Wright, 2001). Les résultats figurent dans le tableau ci-dessous. Les hommes végétaliens avaient les niveaux les plus bas, et beaucoup ne se supplémentaient pas en vitamine B12.>

STATUT EN B12 DES HOMMES DE EPIC OXFORD (2001)
Mangeur de viandeLacto-Ovo-végétarienVégétalien
Nombre250250250
Apport en B12 – de la nourriture seulement (µg/jour)9.62.4.4
Apport en B12 – incluant les suppléments (µg/jour)9.62.73.0
Plasma B12 (pmol/l)~296~170~122
Nombre avec des niveau < 96 pmol/l150150

Un rapport de 2010 de l’EPIC-Oxford a trouvé presque exactement les mêmes résultats : 232 hommes végétaliens avaient un niveau moyen de B12 sérique de 122 pmol/l (IC 95% 117-127) (Gilsing, 2010). Il aurait pu y avoir un chevauchement substantiel avec les participants de Lloyd-Wright et al., 2001.

L’étude de 2010 comprenait un échantillon de sang de 65 hommes végétaliens obtenu 6 ans après la ligne de base. Parmi ces 65 hommes végétaliens, environ 10% semblaient présenter une carence significative en B12. Il n’y avait pas d’association entre les hommes végétaliens déclarant prendre des suppléments de B12 et les niveaux de vitamine B12 sériques, ce qui suggère que les hommes ne prenaient probablement pas les suppléments de manière constante.

Etudes sur les végétaliens adultes ne prenant pas de suppléments de B12

Les Australiens ont un mode de vie similaire à celui des Nord-Américains, mais avec des aliments enrichis en B12 limités. Hokin et Butler (1999) ont examiné des ministres adventistes du septième jour australiens, âgés de 22 à 80 ans, qui ne prenaient pas de suppléments de B12. Les résultats, tels que vus dans le tableau 2, ont montré que les végétaliens avaient des niveaux de B12 significativement plus bas (Hokin,1999).

TABLEAU 2. STATUT EN B12 STATUS D’AUSTRALIENS DANS L’ÉTUDE HOKIN ET BUTLER
#B12 (intervale)Malabsorption / carence en Facteur Intrinsèque
Non-Végétarien53394A ± 196 (181-973)NR
Lacto-Ovo-Végétarien234NRB20% / 10%
Végétalien/végane11224A ± 100 (99-420)NR
Total298
A – Différence statistiquement significative entre les groupes avec les mêmes lettres
B – Non significativement différent du groupe non-végétarien
NR – Non reporté

Crane et al. (1998, USA) ont étudié 2 familles (9 personnes) qui étaient végétaliennes depuis plus d’un an et qui ne prenaient pas régulièrement de suppléments de B12 ou d’aliments enrichis :

  • Ils se nourrissaient d’aliments provenant de leur jardin ou de l’épicerie locale.
  • Le sérum B12 (sB12) était inférieur à 200 pg/ml chez 8 membres ; le sB12 moyen était de 190 ± 65 pg/ml.
  • Le seul membre de la famille dépassant 200 pg/ml, avec un taux de B12 de 331 pg/ml, était également le seul à présenter des signes de carence (léger engourdissement d’une main et fatigue facile). Ceux-ci ont disparu après avoir commencé à prendre de la B12 par voie orale, de sorte que ses taux élevés pourraient être attribuables à des analogues de B12 inactifs.
  • 8 avaient un taux élevé de MMA urinaire.
  • Les taux d’homocystéine étaient dans la norme, mais ont chuté après le traitement par B12.
  • Les sujets ont reçu 500 µg de B12/jour, qu’ils mâchaient avant d’avaler.

Après 2 mois :

  • Le nombre moyen de globules rouges a augmenté.
  • Le cholestérol total moyen a diminué de 10,3% et le cholestérol LDL a diminué de 19,6%. (Note : C’est la seule étude qui a observé une réduction du cholestérol chez les végétaliens en raison de la supplémentation en B12.)
  • Les niveaux de MMA sériques ont chuté de façon spectaculaire (de 0,65 ± 0,61 à 0,13 ± 0,06 µmol/l).
  • La sB12 moyenne a augmenté à 553 ± 113 pg/ml.

Crane et al. écrivent:

Les preuves de laboratoire dans ces deux familles sont trop fortes pour croire qu’elles avaient une quantité adéquate de [B12]. Il est remarquable qu’elles aient suivi un régime totalement végétarien pendant si longtemps, tout en ne présentant que peu ou pas de symptômes ou de signes cliniques d’une insuffisance en cobalamine. Dans cette étude, aucun des membres de la famille n’avait connaissance de symptômes de fatigabilité facile, de picotements dans les extrémités ou d’infections fréquentes des voies respiratoires supérieures. (Crane, 1998)

Crane et al. (1994, USA) ont mesuré la sB12 d’adultes végétaliens en bonne santé (1-28 ans de régime) qui n’avaient pas utilisé de suppléments de B12 ou d’aliments enrichis au cours de l’année précédente ou plus. Voir le tableau 3 pour les résultats.

TABLEAU 3. STATUT EN B12 CHEZ LES VÉGANES NE SE SUPPLEMENTANT PAS DANS L’ÉTUDE DE CRANE ET AL. (1994)
#sB12 < 200 pg/mlsB12 < 100 pg/mlIntervales sB12
Pas de nourriture fortifiée ni suppléments pendant 1 an7647 (62%)19%41-615
Lait de soja fortifié pendant 1 an20A304-540
A – 8 étaient des enfants
sB12 – Serum B12

Des participants ayant un faible taux de B12 ont reçu de la B12 par voie orale. Les niveaux de B12 de certains de ces participants n’ont pas augmenté, ce qui a conduit à l’étude sur la mastication de comprimés de B12 mentionnée sous Mâcher ou avaler des aliments entiers en vitamine B12 : Sources végétaliennes.

Crane et al. ont également examiné les niveaux de MMA urinaires chez 29 adultes végétaliens qui n’avaient pas utilisé de suppléments de B12 ou d’aliments enrichis au cours de l’année précédente (Crane, 1994):

  • 11 avaient des taux de B12 < ; 200 pg/ml. Leur VCM moyen (95,9 ± 5,5 fl) était significativement plus élevé que celui des personnes ayant un taux de B12 plus élevé.
  • 7 de ces 11 avaient une MMA élevée.
  • Aucune des personnes ayant un taux de B12 normal n’avait une MMA élevée.
  • Un végétalien de 5 ans n’avait aucun symptôme de carence en B12 malgré une sB12 de 90 pg/ml. Cependant, après 1 mois de B12 par voie orale, il a remarqué que son indigestion chronique après les repas avait disparu.

Medkova et al. (2001, Russie) ont étudié un établissement végétalien en Sibérie en 1993 (Mądry, 2012Medkova, 2013). Ils ont rapporté que les végétaliens étaient végétaliens depuis 2,2 ans en moyenne et que leurs taux de vitamine B12 étaient normaux. Cela pourrait être dû au fait qu’ils avaient suffisamment de vitamine B12 stockée dans leur système, et les mesures exactes n’ont pas été données.

Tungtrongchitr et al. (1993, Thaïlande) ont étudié 132 adultes thaïlandais végétariens (64 hommes, 68 femmes) et 47 non-végétariens en bonne santé. Les végétariens ne mangeaient apparemment aucun produit animal. Les taux sériques de B12 sont présentés dans le tableau 4.

TABLEAU 4. STATUT EN B12 DE L’ÉTUDE THAILANDAISE DE TUNGTRONGCHITER ET AL. (1993)
Sérum B12Intervale en sérum B12
Non-végétarien mâle490176-825
Non-végétarien femelle500270-1400
Mâle végétarien11731-730
Femelle végétarienne15322-460

Il y avait des différences de cellules sanguines entre les végétariens et les non-végétariens. Le taux sérique de B12 diminuait à mesure que les années de pratique du végétarisme augmentaient. Les groupes pratiquant le végétarisme pendant ≥ 6 ans ont donné lieu à des taux moyens de sB12 particulièrement bas (83-135 pg/ml) (Tungtrongchitr, 1993).

Bar-Sella et al. (1990, Israël) ont comparé 36 végétaliens (5-35 ans au régime) à 36 non-végétariens. Aucun des végétaliens n’a utilisé de suppléments. Les végétaliens avaient des niveaux significativement plus bas de B12 (164 contre 400 pg/ml). Aucun non-végétarien ne présentait de carence en B12, mais deux étaient à la limite. Aucun sujet ne présentait d’anomalies sanguines. 4 végétaliens avaient des antécédents de douleurs musculaires, de sensations anormales dans les jambes et de difficultés de concentration. Leurs taux sériques de B12 sont présentés dans le tableau 5.

TABLEAU 5. NIVEAU EN B12 CHEZ 4 VÉGANES AVEC HISTOIRE DE PROBLEMES NEUROLOGIQUES
Sujets1234
Age56644057
Sérum B12 (pg/ml)65848990

3 des 4 ont été suivis et ont montré une amélioration clinique substantielle après des injections de B12 qui ont augmenté leur taux de B12 à plus de 200 pg/ml (Bar-Sella, 1990).

Areekul et al. (1988, Thaïlande) ont trouvé une différence significative entre les niveaux de B12 (62 ± 78 pg/ml) chez 29 végétariens apparemment en bonne santé et 60 omnivores (629 ± 160 pg/ml). 8 végétariens avaient des niveaux de B12 indétectables, tandis que 2 seulement avaient des niveaux supérieurs à 200 pg/ml. Les chercheurs n’ont pas précisé si l’un des végétariens prenait des suppléments de B12, mais ils ne semblaient pas le faire (Areekul, 1988).

Les végétaliens prenant des suppléments de B12

Le tableau 6 présente les résultats de l’étude de Haddad et al. (1999, USA) comparant les végétaliens aux non-végétariens.

TABLEAU 6. RESULTATS DE HADDAD ET AL.
#Durée régime (années)Nombre prenant des SUP B12A,BB12 (pg/ml)Nombre avec un taux < 203sMMA
> .38 µmol/l
Avaient un indicateur de carence en B12
Véganes254.2 (1-25)9421 ± 1693510
Non-Végétariens20423 ± 13400
A – Par correspondance avec l’auteur
B – Certains végétaliens ont mangé des aliments enrichis en B12.
SUP – Suppléments

Il n’y avait pas de différences dans l’homocystéine entre les groupes. Il y avait une association significative entre la supplémentation en B12 et la sB12 mais aucune relation avec la sMMA. Dans une correspondance privée, Haddad a suggéré que cela était dû au fait que certains végétaliens ne prenaient pas régulièrement les suppléments et que certains n’avaient commencé que récemment. Le sang reflétera un apport récent plus élevé en B12 alors que les niveaux de MMA prennent plus de temps à changer (Haddad, 1999).

Harman & ; Parnell (1998, Nouvelle-Zélande) ont comparé 24 adultes végétariens adventistes du septième jour (SDA) (dont certains végétaliens ; nombre non précisé) à 23 SDA non végétariens. Certains végétariens prenaient des suppléments et des injections de B12. Le tableau 7 présente les résultats.

TABLEAU 7. RESULTAT DE HARMAN ET PARNELL
sB12 (pg/ml)
Végétariens mâles220 ± 103
Végétariennes femelles282 ± 132
Mâle Non-Végétarien331 ± 142
Femelle Non-Végétarienne331 ± 167

Les taux de B12 ne différaient pas significativement entre les groupes (Harman, 1998).

Alexander et al. (1994, Nouvelle-Zélande) ont examiné 18 végétariens. Les niveaux de B12 étaient tels qu’indiqués dans le tableau 8.

TABLEAU 8. NIVEAUX EN B12 D’APRES ALEXANDER ET AL.
#Durée du régime (années)sB12
Véganes56.6 (1-12)277
Lacto-Ovo-Végétariens13> 5229

Autres conclusions:

  • 6 avaient des taux de B12 inférieurs à la fourchette de référence : 82, 86, 182, 190, 197 (végétalien ou lacto-ovo n’était pas précisé). Aucune ne présentait de macrocytose. La femme ayant la valeur la plus basse s’est avérée avoir un déficit en facteur intrinsèque.
  • 7 végétariens ont pris des suppléments de B12 et un seul d’entre eux avait de faibles niveaux de B12, mais leurs niveaux n’étaient pas significativement différents de ceux de ceux qui ne prenaient pas de suppléments.
  • Les végétaliens avaient en fait une sB12 moyenne plus élevée que les Lacto-Ovo. (Alexander, 1994).

Sanders et al. (1978, Royaume-Uni) ont comparé des adultes végétaliens (aucun produit animal ≥ 1 an ; moyenne de 8 ans) membres de la Vegan Society (Royaume-Uni) à des non-végétariens appariés selon l’âge et le sexe. 18 des végétaliens prenaient des suppléments de B12 ou mangeaient des aliments enrichis. Les résultats sont présentés dans le tableau 9.

TABLEAU 9. SANDERS ET AL. (1978, ROYAUME-UNIS)
Sérum B12 (pg/ml)
22 Véganes289 R 120-675
22 Non-Végétariens371 R 250-775

5 végétaliens ne prenaient pas de suppléments de B12 ou d’aliments enrichis. Voir le tableau 10.

TABLEAU 10. SANDERS ET AL. (1978, UK)
Années de végétalisme246613
Sérum B12200225230180120

Les résultats indiquent que les végétaliens qui prennent des suppléments ont des niveaux de sB12 plus élevés que ceux qui ne prennent pas de suppléments. (Sanders, 1978).

Bibliographie

Alexander, 1994. Alexander D, Ball MJ, Mann J. Nutrient intake and haematological status of vegetarians and age-sex matched omnivores. European Journal of Clinical Nutrition. 1994;48:538-546.

Areekul, 1988. Areekul S, Churdchu K, Pungpapong V. Serum folate, vitamin B12 and vitamin B12 binding protein in vegetarians. J Med Assoc Thai. 1988 May;71(5):253-7.

Bar-Sella, 1990. Bar-Sella P, Rakover Y, Ratner D. Vitamin B12 and folate levels in long-term vegans. Isr J Med Sci. 1990;26:309-312.

Crane, 1994. Crane MG, Sample C, Patchett S, Register UD. “Vitamin B12 studies in total vegetarians (vegans). Journal of Nutritional Medicine.1994;4:419-430.

Crane, 1998. Crane MG, Register UD, Lukens RH, Gregory R. Cobalamin (CBL) studies on two total vegetarian (vegan) families. Vegetarian Nutrition. 1998; 2(3):87-92.

Gilsing, 2010. Gilsing AM, Crowe FL, Lloyd-Wright Z, Sanders TA, Appleby PN, Allen NE, Key TJ. Serum concentrations of vitamin B12 and folate in British male omnivores, vegetarians and vegans: results from a cross-sectional analysis of the EPIC-Oxford cohort study. Eur J Clin Nutr. 2010 Sep;64(9):933-9.

Haddad, 1999. Haddad EH, Berk LS, Kettering JD, Hubbard RW, Peters WR. Dietary intake and biochemical, hematologic, and immune status of vegans compared with nonvegetarians. Am J Clin Nutr. 1999;70(suppl):586S-93S.

Harman, 1998. Harman SK, Parnell WR. The nutritional health of New Zealand vegetarian and non-vegetarian Seventh-day Adventists: selected vitamin, mineral and lipid levels. NZ Med J. 1998 Mar 27;111(1062):91-4.

Hokin,1999. Hokin BD, Butler T. Cyanocobalamin (vitamin B-12) status in Seventh-day Adventist ministers in Australia. Am J Clin Nutr. 1999 Sep;70(3 Suppl):576S-578S.

Lloyd-Wright, 2001. Lloyd-Wright Z, Allen N, Key TJ, Sanders TB. How prevalent is vitamin B12 deficiency among British vegetarians and vegans? Proceedings of the Nutrition Society. University of Sheffield, Sheffield, UK. 2001(Jul):174A.

Mądry, 2012. Mądry E, Lisowska A, Grebowiec P, Walkowiak J. The impact of vegan diet on B-12 status in healthy omnivores: five-year prospective study. Acta Sci Pol Technol Aliment. 2012 Apr 2;11(2):209-12.

Medkova, 2001. Medkova IL, Mosiakina LI, Biriukova LS. [Results of a dynamic study on the status of health and nutrition of a Siberian vegan settlement]. Vopr Pitan. 2001;70(4):7-12. Russian. (Abstract)

Medkova, 2013. Medkova IL. Healthstudy in a Vegan settlement in Siberia, Russia. Accessed 4/26/2013.

Sanders, 1978. Sanders TA, Ellis FR, Dickerson JW. Studies of vegans: the fatty acid composition. of plasma choline phosphoglycerides, erythrocytes, adipose tissue, and breast milk, and some indicators of susceptibility to ischemic heart disease in vegans and omnivore controls. Am J Clin Nutr. 1978 May;31(5):805-13.

Tungtrongchitr, 1993. Tungtrongchitr R, Pongpaew P, Prayurahong B, Changbumrung S, Vudhivai N, Migasena P, Schelp FP. Vitamin B12, folic acid and haematological status of 132 Thai vegetarians. Int J Vitam Nutr Res. 1993;63(3):201-7.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :