Hypospadias et Régimes Végétariens

Contenu

Information sur l’hypospadias

L’hypospadias est une malformation congénitale masculine dans laquelle l’ouverture de l’urètre – le tube par lequel passe l’urine – n’est pas située à l’extrémité du pénis comme elle devrait l’être. Elle serait causée par une combinaison de susceptibilité génétique et de facteurs environnementaux, notamment des contaminants environnementaux (Marrocco, 2015Bouty, 2015).

En 2012, le taux national d’hypospadias pour les États-Unis était d’environ 64,7 cas pour 10 000 naissances vivantes masculines, soit 1 naissance vivante masculine sur 155 (Mai, 2015). Certaines formes d’hypospadias sont relativement faciles à réparer par une intervention chirurgicale réalisée en ambulatoire et la réparation chirurgicale permet généralement d’obtenir un pénis dont la fonction et l’apparence sont normales, ou presque (Mayo Clinic, 2018).

Recherche sur les végétariens

En mai 2018, six études ont été menées pour comparer les cas d’hypospadias chez des garçons nés de végétariens par rapport aux non-végétariens. Le tableau 1 en dresse la liste.

TABLE 1. TAUX DE CAS D’HYPOSPADIE CHEZ LES GARÇONS NÉS DE MÈRES VÉGÉTARIENNES
ÉtudeTypeNombre de garçonCasVegetariensCas chez les vegetariensTaux
UK 2000AProspective62965132173.53 (1.56, 7.98)
Netherlands 2007BÉtude cas-témoins83458317100.6 (0.3, 1.6)
Sweden & Denmark 2008CÉtude cas-témoins 71929122144.6 (1.6, 13)
UK 2009DÉtude cas-témoins 949467168770.85 (0.61, 1.2)
India 2011EÉtude cas-témoins 20080123521.28 (0.71, 2.3)
USA 2012FÉtude cas-témoins 4368125043100.6 (0.3, 1.2)
A. North, 2000
B. Brouwers, 2007
C. Akre, 2008
D. Ormond, 2009
E. Shekharyadav, 2011
F. Carmichael, 2012

La première étude à examiner ce lien (Royaume-Uni, 2000), a révélé qu’un régime végétarien pendant la grossesse était associé à un risque 3,5 fois plus élevé d’avoir un fils atteint d’hypospadias par rapport à un régime non végétarien pendant la grossesse (North, 2000).

Depuis 2007, cinq études cas-témoins de tailles diverses ont été réalisées. L’une a trouvé un risque 4,6 fois plus élevé pour les fils de mères végétariennes (Akre, 2008) et les quatre autres n’ont pas trouvé de risque accru (Brouwers, 2007Ormond, 2009Shekharyadav, 2011Carmichael, 2012);.

Deux de ces études méritent d’avoir plus de poids – l’étude britannique de 2000 qui a trouvé un lien entre le régime végétarien et l’hypospadias, et une étude américaine de 2012 qui ne l’a pas fait.

L’étude britannique de 2000 est une étude prospective et les études prospectives ont généralement plus de poids que les études cas-témoins car elles comportent moins de risques de mal caractériser les habitudes alimentaires. Cependant, dans le cas des végétariens et de l’hypospadias, la caractérisation erronée des habitudes alimentaires dans les études cas-témoins n’est probablement pas un grand problème parce que le rappel du régime alimentaire a eu lieu peu de temps après le diagnostic de l’hypospadias.

L’étude américaine de 2012 était très vaste, ce qui rendait improbables les résultats dus au hasard. En effet, elle contenait près de 25 fois plus de cas d’hypospadias que l’étude britannique de 2000. De plus, ces deux études ont été conçues dans le but d’étudier les régimes végétariens, alors que les objectifs des autres études étaient plus larges.

Donc, les deux études les plus importantes ont des résultats différents, bien qu’il y ait des raisons d’accorder un poids important à l’étude américaine de 2012.

Connexions possibles

Il est important de savoir que la cause de la plupart des cas d’hypospadias est inconnue. Il semble y avoir de nombreux facteurs génétiques et environnementaux (Kowal, 2013), de sorte qu’il n’est pas toujours possible de déterminer une cause unique. Les différents résultats des études sur les régimes végétariens et le risque d’hypospadias pourraient être le fruit du hasard ou être dus à des différences dans les choix alimentaires, l’utilisation de suppléments, l’exposition environnementale, ou autre chose.

En gardant cela à l’esprit, quelles sont les explications possibles du risque plus élevé observé chez les végétariens dans deux études ?

Vitamine B12

Une première hypothèse serait que la carence en vitamine B12 chez les végétaliens et même certains lacto-ovo-végétariens pourrait avoir augmenté le risque d’hypospadias. Au moins une étude a trouvé un lien entre la carence en vitamine B12 et l’hypospadias (Kowal, 2013).

L’étude britannique a examiné les naissances entre 1991 et 1992 (North, 2000). L’étude américaine a examiné les naissances entre 1997 et 2005 (Carmichael, 2012). Et dans les années qui se sont écoulées entre le moment où ces deux études ont été menées, il y a eu beaucoup d’éducation dans la communauté végétalienne sur la nécessité de la vitamine B12, ce qui pourrait expliquer pourquoi le risque pourrait avoir disparu.

Cependant, il existe de nombreux cas documentés de nourrissons végétaliens dont les mères avaient été carencées en vitamine B12 et à aucun de ces garçons il n’a été rapporté qu’ils étaient nés avec un hypospadias (plus d’infos).

Que le manque de vitamine B12 augmente ou non le risque d’hypospadias, il joue d’autres rôles importants, de sorte que toutes les femmes enceintes devraient avoir une source quotidienne fiable de vitamine B12-voir Besoins journaliers.

Acide folique et méthionine

Qu’en est-il des autres molécules impliquées dans le métabolisme à un carbone telles que le folate (ou acide folique), la choline et la méthionine ?

Certaines études (Brouwers, 2007Goh, 2006Carmichael, 2009) n’a trouvé aucun effet de la supplémentation en acide folique sur la prévention de l’hypospadias. D’autres ont trouvé un risque réduit avec les suppléments d’acide folique au cours du premier trimestre (Ormond, 2009 ;  de Kort, 2011 ; Mavogenis, 2014).

Il existe quelques preuves que la méthionine pourrait jouer un rôle (Carmichael, 2009 ).

Dans un rapport provenant de la National Birth Defects Prevention Study (États-Unis, 2009), les femmes prenant un supplément d’acide folique et qui mangeaient plus de 1 870 mg/jour de méthionine avaient un risque réduit de 40 % d’avoir un bébé atteint d’hypospadias (0,6 , 0,4-0,9). Étant donné qu’aucun effet de la méthionine n’a été observé chez les femmes qui n’ont pas pris de suppléments d’acide folique, il est possible que les résultats soient principalement dus aux suppléments d’acide folique.

Pourtant, la méthionine est un acide aminé essentiel. La RDA est bien inférieure à 1 870 mg/jour pour la plupart des femmes enceintes. Sans plus de preuves, il est probablement inutile de viser 1 870 mg par jour. Cependant, c’est une bonne idée de s’assurer que le régime d’une végétalienne enceinte contient beaucoup de méthionine.

Les aliments végétaux les plus riches en méthionine sont le tempeh, les arachides, les flocons d’avoine, le quinoa et les spaghettis. Voir Protéines et acides aminés Teneur en acide des aliments végétaux sélectionnés.

Choline

La choline, un nutriment qui peut être bas de gamme dans les régimes végétaliens, a fait l’objet d’une enquête dans le cadre de la National Birth Defects Prevention Study (Carmichael, 2009). Ils n’ont pas trouvé d’association statistiquement significative entre un apport élevé en choline et le risque d’hypospadias (0,7, 0,5-1,1), mais c’est toujours un nutriment dont les végétaliennes enceintes doivent être conscientes — voir Choline.

Exposition aux pesticides

L’exposition des parents aux pesticides par le travail ou l’entretien des pelouses résidentielles est associée à un risque accru d’hypospadias dans certaines études, mais pas toutes (Marrocco, 2015Christensen, 2013). L’exposition alimentaire aux pesticides a été estimée dans certaines études en examinant l’utilisation ou l’achat de légumes biologiques. Par exemple, une étude britannique de 2000 a également examiné l’achat de légumes biologiques.

Les auteurs déclarent :

Malheureusement, seules 163 mères ont toujours acheté des légumes biologiques ; qu’aucune de ces mères n’ait eu de fils avec hypospadias présente un certain intérêt, mais un seul cas aurait été attendu. Aucune réduction du risque n’était évidente chez ceux qui achetaient « parfois » des légumes biologiques (0,8 % avaient des hypospadias, contre 0,6 % qui n’achetaient jamais de légumes biologiques) (North, 2000).

Une étude danoise n’a trouvé aucune association entre l’utilisation de légumes et de fruits biologiques et le risque d’hypospadias ( Christensen, 2013).

Bien qu’il puisse y avoir quelque chose dans le lien pesticides/légumes biologiques, il ne semble pas y avoir assez de puissance statistique pour tirer des conclusions.

Soja

Enfin, il y a le soja, un aliment dont aucune discussion sur le végétarisme ne devrait se passer ! Le souci est que les œstrogènes végétaux du soja pourraient interférer avec le développement sexuel des garçons.

Bien qu’il y ait eu une tendance dans l’étude prospective britannique de 2000 pour un risque plus élevé d’hypospadias avec la consommation de lait de soja par rapport à non (3,7, 0,87-15,4), et pour la consommation de viande de soja plus d’une fois par semaine par rapport à jamais (2,95, 0,90 , 9,68), les résultats n’étaient pas statistiquement significatifs (North, 2000).

La consommation de haricots (pas de soja) était associée à un risque encore plus élevé d’hypospadias, ce qui rend moins probable que les œstrogènes végétaux soient la cause du risque accru d’hypospadias, car les haricots (autres que le soja) ne contiennent que de très petites quantités d’œstrogènes végétaux . Dans cette étude, il aurait peut-être été difficile de séparer la consommation de lait et de viande de soja du simple fait d’être végétarien.

Une étude de 2012 aux États-Unis (Carmichael, 2013) a révélé un risque réduit de hypospadias avec des apports plus élevés de certains œstrogènes végétaux. Une étude de 2004 aux Pays-Bas (Pierik, 2004) a mesuré la consommation de soja et l’hypospadias et a trouvé aucun lien pour la consommation maternelle de soja. Les résultats sont dans le tableau 2.

TABLEAU 2. HYPOSPADIAS & SOJA (2004)MAYO CLINIC, 2018
Apport en protéines de soja
Aucun1 (ref)
0 à 20 g/jour1.1 (.5, 2.5)
20 g/jour1.0 (.5, 2.2)

Conclusion

Dans le pire des cas, basé sur l’étude britannique de 2000, une mère végétarienne aurait 4 % de chances d’avoir un bébé atteint d’hypospadias. La tendance depuis ce premier rapport a été de ne trouver aucune association entre un régime végétarien et l’hypospadias et cela est ponctué par la plus récente étude américaine de 2012 avec près de 25 fois plus de cas d’hypospadias que l’étude britannique de 2000. Cela donne une confiance raisonnable qu’un régime végétarien n’est pas un risque important.

S’assurer que les végétaliennes enceintes consomment suffisamment d’acide folique, de vitamine B12, de méthionine et de choline peut aider à atténuer les risques potentiels.

Bibliographie

Dernière mise à jour en mai 2018

Akre, 2008. Akre O, Boyd HA, Ahlgren M, Wilbrand K, Westergaard T, Hjalgrim H, Nordenskjold A, Ekbom A, Melbye M. Maternal and gestational risk factors for hypospadias. Environ Health Perspect. 2008 Aug;116(8):1071-6.

Botto LD, Mulinare J, Erickson JD. Occurrence of omphalocele in relation to maternal multivitamin use: a population-based study. Pediatrics. 2002 May;109(5):904-8. Not cited.

Bouty, 2015. Bouty A, Ayers KL, Pask A, Heloury Y, Sinclair AH. The genetic and environmental factors underlying hypospadias. Sex Dev. 2015;9(5):239-259.

Brouwers, 2007. Brouwers MM, Feitz WF, Roelofs LA, Kiemeney LA, de Gier RP, Roeleveld N. Risk factors for hypospadias. Eur J Pediatr. 2007 Jul;166(7):671-8. Epub 2006 Nov 14.

Carmichael, 2009. Carmichael SL, Yang W, Correa A, Olney RS, Shaw GM; National Birth Defects Prevention Study. Hypospadias and intake of nutrients related to one-carbon metabolism. J Urol. 2009 Jan;181(1):315-21; discussion 321.

Carmichael, 2012. Carmichael SL, Ma C, Feldkamp ML, Munger RG, Olney RS, Botto LD, Shaw GM, Correa A. Nutritional factors and hypospadias risks. Paediatr Perinat Epidemiol. 2012 Jul;26(4):353-60.

Carmichael, 2013. Carmichael SL, Cogswell ME, Ma C, et al. Hypospadias and maternal intake of phytoestrogens. Am J Epidemiol. 2013 Aug 1;178(3):434-40.

Christensen, 2013. Christensen JS, Asklund C, Skakkebæk NE, et al. Association between organic dietary choice during pregnancy and hypospadias in offspring: a study of mothers of 306 boys operated on for hypospadias. J Urol. 2013 Mar;189(3):1077-82.

Czeizel AE. The primary prevention of birth defects: Multivitamins or folic acid? Int J Med Sci. 2004;1(1):50-61. Epub 2004 Mar 20. Not cited.

de Kort, 2011. de Kort CA, Nieuwenhuijsen MJ, Mendez MA. Relationship between maternal dietary patterns and hypospadias. Paediatr Perinat Epidemiol. 2011 May;25(3):255-64.

Dokter EM, van Rooij IA, Wijers CH, Groothuismink JM, van der Biezen JJ, Feitz WF, Roeleveld N, van der Zanden LF. Interaction between MTHFR 677C>T and periconceptional folic acid supplementation in the risk of hypospadias. Birth Defects Res A Clin Mol Teratol. 2016 Apr;106(4):275-84. Not cited.

García J, Ventura MI, Requena M, Hernández AF, Parrón T, Alarcón R. Association of reproductive disorders and male congenital anomalies with environmental exposure to endocrine active pesticides. Reprod Toxicol. 2017 Aug;71:95-100. Not cited.

Giordano F, Carbone P, Nori F, Mantovani A, Taruscio D, Figa-Talamanca I. Maternal diet and the risk of hypospadias and cryptorchidism in the offspring. Paediatr Perinat Epidemiol. 2008 May;22(3):249-60. Not cited.

Giordano F, Abballe A, De Felip E, di Domenico A, Ferro F, Grammatico P, Ingelido AM, Marra V, Marrocco G, Vallasciani S, Figa-Talamanca I. Maternal exposures to endocrine disrupting chemicals and hypospadias in offspring. Birth Defects Res A Clin Mol Teratol. 2010 Apr;88(4):241-50. Not cited.

Goh YI, Bollano E, Einarson TR, Koren G. Prenatal multivitamin supplementation and rates of congenital anomalies: a meta-analysis. J Obstet Gynaecol Can. 2006 Aug;28(8):680-9. Review. Not cited.

Goh, 2006. Goh YI, Bollano E, Einarson TR, Koren G. Prenatal multivitamin supplementation and rates of congenital anomalies: a meta-analysis. J Obstet Gynaecol Can. 2006 Aug;28(8):680-9. Review.

Kowal, 2013. Kowal A, Mydlak D, Ołtarzewski M, Bauer A, Sawicka E, Hozyasz KK. Propionylcarnitine and methionine concentrations in newborns with hypospadias. Cent European J Urol. 2013;66(3):377-80.

Mai, 2015. Mai CT, Isenburg J, Langlois PH, et al. Population-based birth defects data in the United States, 2008 to 2012: Presentation of state-specific data and descriptive brief on variability of prevalence. Birth Defects Res A Clin Mol Teratol. 2015 Nov;103(11):972-93.

Marrocco, 2015. Marrocco G, Grammatico P, Vallasciani S, et al. Environmental, parental and gestational factors that influence the occurrence of hypospadias in male patients. J Pediatr Urol. 2015 Feb;11(1):12-9.

Mavrogenis, 2014. Mavrogenis S, Urban R, Czeizel AE, Ács N. Possible preventive effect of high doses of folic acid for isolated hypospadias: a national population-based case-control study. Am J Med Genet A. 2014 Dec;164A(12):3108-14.

Mayo Clinic, 2018. Hypospadias: Diagnosis and Treatment. Mayo Clinic. Accessed April 19, 2018.

North, 2000. North K, Golding J. A maternal vegetarian diet in pregnancy is associated with hypospadias. The ALSPAC Study Team. Avon Longitudinal Study of Pregnancy and Childhood. BJU Int. 2000 Jan;85(1):107-13.

Ormond, 2009. Ormond G, Nieuwenhuijsen MJ, Nelson P, Toledano MB, Iszatt N, Geneletti S, Elliott P. Endocrine disruptors in the workplace, hair spray, folate supplementation, and risk of hypospadias: case-control study. Environ Health Perspect. 2009 Feb;117(2):303-7.

Pierik, 2004. Pierik FH, Burdorf A, Deddens JA, Juttmann RE, Weber RF. Maternal and paternal risk factors for cryptorchidism and hypospadias: a case-control study in newborn boys. Environ Health Perspect. 2004 Nov;112(15):1570-6.

Shekharyadav, 2011. Shekharyadav C, Bajpai M, Kumar V, Ahmed RS, Gupta P, Banerjee BD. Polymorphism in CYP1A1, GSTMI, GSTT1 genes and organochlorine pesticides in the etiology of hypospadias. Hum Exp Toxicol. 2011 Oct;30(10):1464-74. Epub 2011 Feb 7.

Springer A, van den Heijkant M, Baumann S. Worldwide prevalence of hypospadias. J Pediatr Urol. 2016 Jun;12(3):152.e1-7. Not cited.

Strom BL, Schinnar R, Ziegler EE, Barnhart KT, Sammel MD, Macones GA, Stallings VA, Drulis JM, Nelson SE, Hanson SA. Exposure to soy-based formula in infancy and endocrinological and reproductive outcomes in young adulthood. JAMA. 2001 Aug 15;286(7):807-14. Not cited.

van der Horst HJ, de Wall LL. Hypospadias, all there is to know. Eur J Pediatr. 2017 Apr;176(4):435-441. Not cited.

Vilela ML, Willingham E, Buckley J, Liu BC, Agras K, Shiroyanagi Y, Baskin LS. Endocrine disruptors and hypospadias: role of genistein and the fungicide vinclozolin. Urology. 2007 Sep;70(3):618-21. (Abstract) Not cited.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :