Suppléments oraux pour la malabsorption de la B12

Les injections intramusculaires (IMI) de B12 sont le moyen classique de traiter la carence en B12. Ces injections peuvent être douloureuses et coûteuses. Norberg (1) (1999, Suède) souligne que des recherches menées dans les années 1950 et 1960 ont montré que la B12 orale est absorbée par une voie alternative qui ne dépend pas du facteur intrinsèque ou d’un iléon intact. Dans ces études, environ 1 % d’une dose orale de l’ordre de 200 à 2000 µg/jour était absorbé par cette voie alternative. Sur la base de ces recherches, le traitement oral, plutôt que l’IMI, a été utilisé pour la majorité des cas de carence en B12 en Suède depuis le début des années 1970.

Dans une revue de la littérature encourageant l’utilisation de la thérapie B12 orale plutôt que les injections pour les patients souffrant d’anémie pernicieuse, Lederle (2) (1991, USA) rapporte que les investigateurs suédois recommandent 2000 µg de B12 orale deux fois par jour ou des injections pour reconstituer les réserves de B12. Après le traitement initial, des doses de 1000 µg/jour semblent être suffisantes.

Kuzminski et al. (3). (1998, USA) ont étudié 33 patients nouvellement diagnostiqués déficients en B12 (presque tous avaient une malabsorption) qui ont reçu de la cyanocobalamine soit sous forme de 1 mg par voie intramusculaire les jours 1, 3, 7, 10, 14, 21, 30, 60 et 90 ; soit sous forme de 2000 µg par voie orale sur une base quotidienne pendant 120 jours (4 mois). Voir le tableau 1.

TABLEAU 1. B12 ADMINISTRATION ORALE VS. INJECTION (KUZMINSKI ET AL.)
 Serum B12 (pg/ml)Serum MMA (µmol/l)HCY (µmol/l)
Prétraitement
Oral933.8537.2
Injection953.6340
Après 4 mois
Oral 2000 µg/jour1005a.169b10.6
Injection325a.265b12.2
a,b – Différence statistiquement significative entre groupes avec la même lettre

Kuzminski et al. concluent que 2000 µg/jour de cyanocobalamine par voie orale était aussi efficace que 1000 µg injectés par voie intramusculaire chaque mois, et peut être supérieur.

Delpre & Stark (4) (1999, Israël) ont étudié des patients présentant une carence en B12 pour voir si la B12 peut être absorbée en tenant un comprimé sous la langue, ce que l’on appelle le sublingual. La théorie qui sous-tend la méthode sublinguale est que les muqueuses sous la langue sont efficaces pour absorber certaines molécules, en particulier si elles sont combinées à un produit liposoluble tel qu’une cyclodextrine. 5 patients souffraient d’anémie pernicieuse, 7 étaient végétariens et 2 avaient la maladie de Crohn (qui peut empêcher l’absorption de la B12 dans l’iléon). Les patients ont tenu deux comprimés de B12 de 1000 µg (soit 2000 µg/jour), fabriqués par Solgar, sous leur langue pendant 30 minutes jusqu’à dissolution complète. Ce traitement a été effectué pendant 7 à 12 jours. Les taux moyens de B12 sérique sont passés de 127,9 ± 42,6 à 515,7 ± 235. Le taux de B12 sérique de tous les patients s’est normalisé. Il n’y a pas eu d’effets secondaires et tous les patients ont préféré cette méthode aux injections. Malheureusement, Delpre & Stark n’ont pas inclus un groupe de contrôle qui mâchait les comprimés de B12, il n’y a donc aucun moyen de savoir si la prise sublinguale des comprimés était plus efficace que leur mastication et leur ingestion. Sur la base de Kuzminski et al. ci-dessus, la mastication semble être aussi efficace si elle est pratiquée pendant 3 mois.

Les fortes doses mentionnées dans cette section sont destinées aux personnes souffrant de malabsorption de la B12 (ou aux végétaliens qui ont négligé leur apport en B12 pendant quelques mois). Les personnes n’ayant pas de problèmes de malabsorption ou de carence actuelle en B12 n’ont pas besoin de doses aussi importantes.

Références

1. Norberg B. Turn of tide for oral vitamin B12 treatment. J Intern Med. 1999 Sep;246(3):237-8.

2. Lederle FA. Oral cobalamin for pernicious anemia. Medicine’s best kept secret? JAMA. 1991 Jan 2;265(1):94-5.

3. Kuzminski AM, Del Giacco EJ, Allen RH, Stabler SP, Lindenbaum J. Effective treatment of cobalamin deficiency with oral cobalamin. Blood. 1998 Aug 15;92(4):1191-8.

4. Delpre G, Stark P, Niv Y. Sublingual therapy for cobalamin deficiency as an alternative to oral and parenteral cobalamin supplementation. Lancet. 1999 Aug 28;354(9180):740-1.

Également Revu

Bensky MJ, Ayalon-Dangur I, Ayalon-Dangur R, Naamany E, Gafter-Gvili A, Koren G, Shiber S. Comparison of sublingual vs. intramuscular administration of vitamin B12 for the treatment of patients with vitamin B12 deficiency. Drug Deliv Transl Res. 2019 Jun;9(3):625-630. Compte tenu des taux sériques de B12 faibles mais relativement normaux, ces participants ne souffraient probablement pas d’anémie pernicieuse. Aucune preuve n’a été présentée quant à savoir s’ils ont pris la B12 par voie sublinguale, et non par ingestion.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :