Choline

Table des matières

Introduction

La choline est un nutriment essentiel nécessaire au fonctionnement du cerveau, au métabolisme des graisses et à la santé des membranes cellulaires.

Les humains fabriquent de petites quantités de choline dans leur foie, mais cela ne suffit pas à couvrir les besoins et la plupart de la choline provient de l’alimentation. Les aliments contiennent de la choline sous différentes formes : choline libre, lécithine (également appelée phosphatidylcholine), sphingomyéline, glycérophosphocholine et phosphocholine.

Bien que les aliments végétaux soient généralement plus pauvres en choline que les aliments d’origine animale, on en trouve en petites quantités dans un large éventail d’aliments végétaux. Un régime végétalien qui privilégie les aliments complets peut fournir suffisamment de choline.

Les femmes végétaliennes qui envisagent de concevoir un enfant devraient choisir un supplément prénatal contenant de la choline, car des apports insuffisants peuvent être liés au risque d’anomalies du tube neural.

Fonctions de la choline

La choline est impliquée dans des processus métaboliques et dans le maintien de la structure des cellules.

  • La plupart de la choline est utilisée pour la synthèse des phospholipides qui sont un composant essentiel de toutes les membranes cellulaires.
  • Comme les vitamines B folate et B12, la choline fonctionne comme un donneur de méthyle. Ces composés sont importants dans de nombreuses étapes du métabolisme.
  • La choline est nécessaire pour synthétiser les lipoprotéines impliquées dans le transport des graisses.
  • La choline est nécessaire pour synthétiser l’acétylcholine, un neurotransmetteur impliqué dans l’humeur, la mémoire et le contrôle musculaire.

Besoins en choline

Le besoin en choline a été découvert dans les années 1990 chez les personnes sous nutrition parentérale totale (NPT), qui apporte la nutrition directement dans le sang, en contournant la digestion. Les patients qui étaient sous NPT pendant de longues périodes ont développé une stéatose hépatique non alcoolique qui s’est résolue lorsque la choline a été ajoutée à leur régime alimentaire (Buchman, 1995Buchman, 1992Buchman, 2001). Sans choline, les patients étaient incapables de synthétiser la phosphatidylcholine, un composé nécessaire au métabolisme et au transport des graisses (Hollenbeck, 2010).

La recommandation pour la choline est spécifiée comme un apport suffisant (AS), ce qui signifie qu’il y a trop peu d’informations pour établir un ANC. L’AS pour la choline est de 550mg/jour pour les hommes et de 425mg/jour pour les femmes, mais ces chiffres sont basés sur des données très limitées. Ils sont dérivés d’une étude réalisée en 1991 à l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill (Zeisel, 1991). Lorsque les sujets consommaient 50mg ou moins de choline par jour, ils présentaient des marqueurs de carence tels qu’une augmentation des enzymes hépatiques, une stéatose hépatique ou une élévation de la créatine phosphokinase (CPK) qui indique une détérioration musculaire. Les symptômes de carence ont disparu lorsque les sujets ont reçu des suppléments fournissant 500mg de choline par jour. L’étude n’a pas examiné les effets d’une consommation de choline comprise entre 50 et 500mg.

Depuis la publication de cette étude, cinq autres études sur la carence en choline ont été menées à l’UNC Chapel Hill (da Costa, 2004Fischer, 2007da Costa, 2006Fischer, 2010Kohlmeier, 2005). Dans toutes ces études, la carence a été induite par des régimes alimentaires apportant environ 50mg ou moins de choline. Une grande partie des sujets ont développé des marqueurs de dysfonctionnement dans les six semaines, ce qui indique que peu de personnes peuvent rester en bonne santé avec moins de 50mg/jour de choline.

Dans l’une de ces études, seulement 138mg de choline par 77kg de poids corporel ont suffi à ramener la fonction CPK à la normale, mais l’étude a porté sur un très petit nombre de sujets, tous des hommes. Et l’étude n’a pas examiné la fonction hépatique (da Costa, 2004). En revanche, dans une autre des études, il fallait 825mg par 77kg de poids corporel pour normaliser la fonction hépatique (Fischer, 2007). Ces différences peuvent refléter le fait qu’il existe un certain nombre de variations génétiques qui augmentent ou diminuent le besoin de choline.

Les femmes préménopausées étaient beaucoup moins susceptibles de développer des dysfonctionnements organiques associés à une carence en choline. Cela pourrait s’expliquer par le fait que les œstrogènes protègent contre les effets d’une mutation génétique qui augmente les besoins en choline (da Costa, 2006Fischer, 2010).

La choline peut également être transformée en bétaïne, un autre composé qui agit comme un donneur de méthyle. La bétaïne peut également être obtenue directement à partir de l’alimentation et elle peut réduire quelque peu le besoin de choline alimentaire.

Il convient de noter que pour les végétaliens, une carence en vitamine B12 peut interférer avec la production de choline et de phospholipides contenant de la choline (Cherqaoui, 2013).

Compte tenu de l’incertitude concernant les besoins en choline, il est bon de cibler les apports recommandés en choline indiqués dans le tableau 1.

TABLEAU 1. ANC POUR LA CHOLINEAPPORTS NUTRITIONNELS CONSEILLÉS, 1998
AgeFemmes
(mg)
Hommes
(mg)
0-6 mois125125
7-12 mois150150
1-3 ans200200
4-8 ans250250
9-13 ans375375
14-18 ans400550
≥ 19 ans425550
Grossesse450
Allaitement550

Une consommation excessive de choline est associée à une odeur corporelle de poisson, des nausées, une pression artérielle basse et une toxicité hépatique. La limite supérieure sans danger pour la consommation de choline est de 3500mg par jour.

La choline et les maladies chroniques

Bien que les recommandations concernant l’apport en choline aient été établies pour protéger contre le dysfonctionnement du foie, de nombreuses recherches ont été menées sur les effets possibles de la choline sur le risque de maladies cardiovasculaires, de cancer et de démence.

La choline et les maladies cardiaques

Les chercheurs ont émis l’hypothèse que la choline pourrait protéger contre les maladies cardiaques en raison de ses fonctions dans le métabolisme des lipides et en tant que donneur de méthyle. Les donneurs de méthyle comme la choline, la vitamine B12 et les folates contribuent à réduire le taux d’homocystéine. Un taux élevé d’homocystéine peut être un facteur de risque de maladie cardiaque.

Dans l’étude Framingham Offspring Study (étude de la progéniture de Framingham) portant sur 920 hommes et 1 040 femmes, des apports plus élevés en choline (supérieurs à 339mg/jour contre un apport moyen de 313mg/jour) étaient significativement associés à des taux d’homocystéine légèrement inférieurs (Cho, 2006). Et dans une étude transversale réalisée en Grèce, les sujets ayant des apports en choline supérieurs à 310mg présentaient des marqueurs d’inflammation plus faibles (protéine C-réactive, interleukine-6 et facteur de nécrose tumorale), que ceux consommant moins de 250mg (Detopoulou, 2008). Des apports en bétaïne supérieurs à 350mg ont entraîné un taux plus faible d’homocystéine et de facteur de nécrose tumorale par rapport à des apports inférieurs à 260mg.

Dans le volet néerlandais de l’étude EPIC (European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition, enquête européenne prospective sur le cancer et la nutrition), des apports plus élevés en choline (365mg contre 239mg/jour) et en folates, mais pas en bétaïne, ont été associés à des taux d’homocystéine légèrement plus faibles. Mais ils n’étaient pas associés à l’incidence des maladies cardiovasculaires (Dalmeijer, 2008).

Il n’y avait pas de relation entre des apports plus élevés en choline (qui variaient de 300 à 500 mg par jour) et les événements cardiaques dans l’étude Atherosclerosis Risk in Communities (risque d’athérosclérose dans les communautés), qui a suivi plus de 14 000 sujets adultes pendant 14 ans (Bidulescu, 2007). Enfin, une analyse de 72 348 femmes dans la Nurses’ Health Study (étude sur la santé des infirmières) et de 44 504 hommes dans la Health Professionals Follow-up Study (l’étude de suivi des professionnels de la santé) n’a trouvé aucune association entre l’apport en choline et les maladies artérielles périphériques (Bertoia, 2014).

Malgré ses effets sur les taux d’homocystéine et éventuellement sur les marqueurs de l’inflammation, il existe peu de preuves suggérant un effet protecteur de la choline contre les maladies cardiovasculaires.

La choline comme facteur de risque des maladies cardiaques

Si la plupart des recherches se sont concentrées sur les effets potentiels d’une carence en choline, il a également été suggéré qu’une consommation élevée de choline pouvait augmenter le risque de maladie cardiaque par sa conversion en N-oxyde de triméthylamine (TMAO). La choline est convertie en triméthylamine (TMA) par les bactéries intestinales, qui est à son tour absorbée et convertie par le foie en TMAO. Certaines recherches ont établi un lien entre la TMAO et le risque de maladie cardiovasculaire (Zheng, 2016Zeisel, 2017Cho, 2017).

Des chercheurs de la Cleveland Clinic et de l’Université de Californie à Los Angeles (Wang, 2011) ont comparé les composés présents dans le plasma prélevé chez des personnes ayant subi un décès, une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral dans les trois années suivant une évaluation cardiaque élective. Ils les ont comparés aux composés présents dans le plasma prélevé sur des sujets appariés par l’âge et le sexe qui n’avaient pas subi ces événements. Dix-huit composés étaient plus élevés dans le plasma du premier groupe, notamment la choline, la bétaïne et le TMAO.

Les auteurs ont montré que ces trois composés présentaient une association dose-dépendante avec les maladies cardiovasculaires dans une vaste étude clinique, les Learning and Validation Cohorts (cohortes d’apprentissage et de validation). D’autres recherches ont révélé que la lécithine des œufs augmentait la production de TMAO et que des taux sanguins de TMAO plus élevés étaient associés à une augmentation des événements cardiaques indésirables majeurs. (Tang, 2013).

En revanche, une méta-analyse de 2017 portant sur six études prospectives n’a pas trouvé d’association entre la consommation de choline ou de bétaïne et les maladies cardiovasculaires (Meyer, 2017). Étant donné que la relation entre la TMAO et le risque de maladie cardiovasculaire n’est pas encore complètement claire, il est trop tôt pour tirer des conclusions sur la consommation élevée de choline comme facteur de risque (Cho, 2017).

La choline et le cancer

De nombreuses études ont cherché des corrélations entre la choline et divers cancers, mais rien ne peut être conclu sans davantage de preuves (Cho, 2007aCho, 2007bJohansson, 2009Lee, 2010Xu, 2009Xu, 2008).

La choline pendant la grossesse et l’enfance

La choline est nécessaire au développement du système nerveux central et joue d’autres rôles importants pendant la grossesse (Korsmo, 2019). En raison de l’importance de la choline, l’American Medical Association (association américaine de médecine) recommande que les suppléments prénataux en contiennent. Un faible apport en choline pendant et immédiatement avant la grossesse a été lié à un risque accru d’anomalies du tube neural et de fentes palatines dans certaines études (Shaw, 2004Carmichael, 2010Shaw, 2006).

Un rapport du California Birth Defects Monitoring Program (Shaw, 2004, programme californien de surveillance des malformations) a révélé que les femmes ayant un apport plus élevé en choline, bétaïne et méthionine au cours des trois mois précédant et des trois mois suivant la conception présentaient un risque plus faible, mais statistiquement faiblement significatif, d’avoir un bébé atteint d’une anomalie du tube neural. Dans cette étude, il y avait 424 cas d’anomalie du tube neural et 440 témoins. Les quartiles d’apport en choline étaient ≤ 290, 290-372, 372-498 et ≥ 498. Les risques d’ATN pour les 2e, 3e et 4e quartiles par rapport au plus faible étaient respectivement de 0,63 (0,42-0,99), 0,65 (0,39-1,07) et 0,51 (0,25-1,07). L’apport moyen en choline des cas était de 377mg/jour contre 409mg/jour pour les témoins.

Des recherches plus récentes n’ont pas établi une forte association entre le statut de la choline maternelle et le risque d’anomalie du tube neural (Mills, 2014).

Des recherches suggèrent également qu’un apport plus élevé en choline ou un meilleur statut maternel pendant la grossesse est lié à un meilleur développement cognitif chez les nourrissons et peut même avoir des avantages qui perdurent jusqu’à l’âge scolaire, (Caudill, 2018Wu, 2012Boeke, 2013) bien que toutes les études n’aillent pas dans ce sens (Villamor, 2012Cheatham, 2012) .

Bien que l’apport en choline d’une femme puisse affecter les niveaux dans le lait maternel (Davenport, 2015), une étude portant sur 74 femmes allaitantes en bonne santé n’a pas trouvé de différence dans les niveaux de choline hydrosoluble (la forme prédominante de choline dans le lait maternel) chez les femmes suivant des régimes végétaliens, végétariens et non végétariens (Perrin, 2019).

Fonction cognitive de la choline chez l’adulte

Dans l’étude Framingham Offspring Study, des apports plus élevés en choline étaient associés à une meilleure mémoire verbale et visuelle chez les adultes (Poly, 2011). Mais une revue systématique de 2015 portant sur 13 études n’a trouvé aucune amélioration de la fonction cognitive des adultes en bonne santé lorsqu’ils prenaient des suppléments de choline (Leermakers, 2015). En outre, une revue Cochrane de 2004 des études cliniques qui ont examiné la supplémentation en lécithine chez les personnes souffrant de perte de mémoire, de la maladie d’Alzheimer ou de la démence de Parkinson n’a trouvé aucun avantage significatif (Higgins, 2004).

À l’heure actuelle, il n’existe aucune preuve suggérant que des apports plus faibles en choline constituent un risque de démence ou que des suppléments de lécithine ou d’autres composés de choline sont utiles pour prévenir la démence.

Apports recommandés en choline

Sur la base du peu de recherches disponibles, un apport de 300mg de choline par jour pourrait être suffisant pour la plupart des adultes. Mais compte tenu de l’incertitude, nous recommandons des apports qui se rapprochent de l’AS pour ce nutriment, en particulier pour les femmes enceintes et allaitantes.

Étant donné que la choline est toxique en cas d’apports très élevés et que des apports même modérément élevés peuvent être liés à des maladies cardiovasculaires, si vous choisissez de prendre des compléments de choline, contentez-vous d’une faible dose et essayez de tirer la majeure partie de votre choline de l’alimentation.

Apports moyens en choline aux États-Unis

Les estimations des apports en choline sont basées sur une base de données du département de l’agriculture des États-Unis (US department of agriculture, USDA) qui comprend plus de 630 produits alimentaires. D’après les données sur les apports alimentaires de la National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES, enquête nationale sur la santé et la nutrition), les apports habituels estimés en choline chez les adultes, hors grossesse et allaitement, s’avèrent être légèrement supérieurs à 300mg de choline par jour (Wallace, 2016). Les résultats indiquent que seulement 10% des Américains et 8% des femmes enceintes respectent les recommandations en matière de choline

Une étude plus ancienne menée par des chercheurs de l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill a trouvé des apports beaucoup plus élevés (Fischer, 2005). Parmi leur étude portant sur un petit échantillon de 32 adultes, l’apport moyen en choline était proche des apports recommandés pour les femmes et dépassait ces recommandations pour les hommes.

Aucune étude ne s’est penchée sur l’apport en choline des végétariens ou des végétaliens.

Sources de choline chez les végétaliens

Bien que nous ne disposions pas d’études sur l’apport en choline chez les végétaliens, nous savons qu’un régime végétalien peut fournir une quantité adéquate de choline. La base de données de l’USDA sur la teneur en choline des aliments montre qu’il existe des quantités faibles mais constantes dans toute une gamme d’aliments végétaux. Les aliments végétaux particulièrement riches en choline sont le tofu, les noix de soja, le lait de soja, les légumes crucifères, les légumineuses secs cuits, le quinoa, les cacahuètes et le beurre de cacahuète. La quantité de choline contenue dans les aliments végétaliens plus transformés n’est pas claire car elle n’a pas été mesurée. Vous trouverez une liste d’aliments végétaliens et leur teneur en choline dans le tableau 2, ainsi qu’un exemple de menu végétalien dans le tableau 3.

En outre, les aliments végétaux peuvent être de bonnes sources de bétaïne, un composé qui peut remplacer la choline comme donneur de méthyle dans certains cas. La bétaïne doit son nom à la betterave, et les suppléments de ce composé sont souvent un sous-produit de la transformation de la betterave sucrière. Le quinoa, les épinards, les patates douces, les betteraves et les pains à base de blé, les crackers, les céréales pour le petit déjeuner et les pâtes semblent être beaucoup plus riches en bétaïne que les autres aliments végétaux.

Notez que la base de données de l’USDA indique la quantité de choline pour 100g d’aliment, ce qui ne correspond pas toujours à une portion typique de l’aliment. Par exemple, 100g de germe de blé apportent 180mg de choline. Or, une portion plus habituelle de 2 cuillères à soupe de germe de blé fournit environ 27mg de choline.

Malgré la plus faible teneur en choline des aliments d’origine végétale, vous pouvez être sûr de couvrir vos besoins en consommant des légumineuses, y compris le soja et les cacahuètes, et beaucoup de légumes crucifères.

Tableau 2. Sources alimentaires de cholineU.S Departement of Agriculture, 2019
AlimentCholine
(mg)
Lait de soja, nature et vanille, non fortifié, 1 tasse57,3
Noix de soja grillées, ¼ tasse53
Haricots rouges, en conserve, ½ tasse45
Quinoa, cuit, 1 tasse43
Haricots blancs, cuits, ½ tasse40,7
Chou cavalier cuit à l’eau, ½ tasse36,5
Tofu, ferme, préparé avec sulfate de calcium et chlorure de magnésium (nigari), ½ tasse35,4
Pois chiches, cuits, ½ tasse35,1
Lentilless, cuites, ½ tasse32,4
Choux de Bruxelles, cuit à l’eau, ½ tasse32
Brocoli, cuit à l’eau, ½ tasse31,3
Haricots pinto, cuits, ½ tasse30,2
Haricots noirs, cuits, ½ tasse28,1
Shiitake, cuit, ½ tasse26,7
Germe de blé, 2 càs25,3
Protéines de soja en poudre, 1 28g24
Cacahuètes, grillées à sec, ¼ tasse24
Chou-fleur, cuit à l’eau, ½ tasse24
Petit pois, cuits, ½ tasse24
Beurre de cacahuète, crémeux, 2 càs20
Orange, 1 grande15,5
Amendes, grillées à sec, 28g15
Sauce tomate, ½ tasse12,2
Jus de carotte, en conserve, ½ tasse11,7
Banane, crue, 1 moyenne11,6
Porridge d’avoine, instantané, fortifié, complet, préparé avec de l’eau, 1 tasse11
Noix, du noyer anglais, 28g11
Pommes de terres, cuites à l’eau, avec la peau, ½ tasse10,5
Dates, medjool, 49,5
Pain, farine complète, préparation commerciale, 1 tranche8,7
Courgette, cuite à l’eau, ½ tasse8,5
Spaghetti, cuits, enrichies, 1 tasse8
Pomme, crue, avec peau, 1 grande7,6
Tahini, 2 càs7,6
Laitue, romaine, 1 ½ tasses7
Avocat, en cube, ¼ tasse5,4

Tableau 3. Choline dans un menu végétalien à 2000 kcalU.S. Department of Agriculture, 2019

Petit déjeunerCholine (mg)Calories
1 tasse de porridge, cuit dans l’eau17,3166
2 càs de noix hachées5,896
1 càs de germe de blé25,354
1 banane11,6105
1 tasse de lait de soja57104
Total117525
Snack
1 navel11,869
1/4 tasse d’amendes grillées à sec18206
Total29,8275
Déjeuner
2 tortillas de mais6,4104
1 tasse de haricots pinto60,4245
1/2 tasse de champignon de Paris émincé cuit19,918
1/4 tasse d’avocat émincé5,259
1/4 tasse tomates en tranches38
Total94,9434
Goûté
1/2 tasse de carotte crue en tranche5,3525
1/2 tasse de fleurets de chou-fleur crus23,713
1/4 tasse de houmous17,1109
Total46,15147
Dîner
1 tasse quinoa cuit42,6222
1 tasse de brocoli cuit62,655
1 tasse de tofu71,4188
1/4 tasse de sauce cacahuète (avec 2 càs de beurre de cacahuète)20,2191
Total196,8656
Total journée4852,037

1 Tasse (cup) = ~23,7cl, càs : cuillère à soupe

Bibliographie

Dernière mise à jour : mars 2020

Bertoia, 2014. Bertoia ML, Pai JK, Cooke JP, Joosten MM, Mittleman MA, Rimm EB, Mukamal KJ. Plasma homocysteine, dietary B vitamins, betaine, and choline and risk of peripheral artery disease. Atherosclerosis. 2014 July ; 235(1): 94–101.

Bidulescu, 2007. Bidulescu A, Chambless LE, Siega-Riz AM, Zeisel SH, Heiss G. Usual choline and betaine dietary intake and incident coronary heart disease: the Atherosclerosis Risk in Communities (ARIC) study. BMC Cardiovasc Disord. 2007 Jul 13;7:20.

Boeke, 2013. Boeke CE, Gillman MW, Hughes MD, Rifas-Shiman SL, Villamor E, Oken E. Choline intake during pregnancy and child cognition at age 7 years. Am J Epidemiol 2013;177:1338-47.

Buchman, 1992. Buchman AL, Dubin M, Jenden D, Moukarzel A, Roch MH, Rice K, Gornbein J, Ament ME, Eckhert CD. Lecithin increases plasma free choline and decreases hepatic steatosis in long-term total parenteral nutrition patients. Gastroenterology. 1992 Apr;102(4 Pt 1):1363-70.(Abstract)

Buchman, 1995. Buchman AL, Dubin MD, Moukarzel AA, Jenden DJ, Roch M, Rice KM, Gornbein J, Ament ME. Choline deficiency: a cause of hepatic steatosis during parenteral nutrition that can be reversed with intravenous choline supplementation. Hepatology. 1995 Nov;22(5):1399-403. (Abstract)

Buchman, 2001. Buchman AL, Ament ME, Sohel M, Dubin M, Jenden DJ, Roch M, Pownall H, Farley W, Awal M, Ahn C. Choline deficiency causes reversible hepatic abnormalities in patients receiving parenteral nutrition: proof of a human choline requirement: a placebo-controlled trial. JPEN J Parenter Enteral Nutr. 2001 Sep-Oct;25(5):260-8. (Abstract)

Carmichael, 2010. Carmichael SL, Yang W, Shaw GM. Periconceptional nutrient intakes and risks of neural tube defects in California. Birth Defects Res A Clin Mol Teratol 2010;88:670-8.

Caudill MA. Pre- and postnatal health: evidence of increased choline needs. J Am Diet Assoc. 2010 Aug;110(8):1198-206. Not cited.

Caudill, 2018. Caudill MA, Strupp BJ, Muscalu L, Nevins JEH, Canfield RL. Maternal choline supplementation during the third trimester of pregnancy improves infant information processing speed: a randomized, double-blind, controlled feeding study. Faseb J 2018;32:2172-2180.

Cheatham, 2012. Cheatham CL, Goldman BD, Fischer LM, da Costa KA, Reznick JS, Zeisel SH. Phosphatidylcholine supplementation in pregnant women consuming moderate-choline diets does not enhance infant cognitive function: a randomized, double-blind, placebo-controlled trial. Am J Clin Nutr. 2012 Dec;96(6):1465-72.

Cherqaoui, 2013. Cherqaoui R, Husain M, Madduri S, Okolie P, Nunlee-Bland G, Williams J. A reversible cause of skin hyperpigmentation and postural hypotension. Case Rep Hematol. 2013;2013:680459. doi: 10.1155/2013/680459. Epub 2013 Jun 11.

Cho, 2006. Cho E, Zeisel SH, Jacques P, Selhub J, Dougherty L, Colditz GA, Willett WC. Dietary choline and betaine assessed by food-frequency questionnaire in relation to plasma total homocysteine concentration in the Framingham Offspring Study. Am J Clin Nutr. 2006 Apr;83(4):905-11.

Cho, 2007a. Cho E, Holmes M, Hankinson SE, Willett WC. Nutrients involved in one-carbon metabolism and risk of breast cancer among premenopausal women. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev. 2007 Dec;16(12):2787-90.

Cho, 2007b. Cho E, Willett WC, Colditz GA, Fuchs CS, Wu K, Chan AT, Zeisel SH, Giovannucci EL. Dietary choline and betaine and the risk of distal colorectal adenoma in women. J Natl Cancer Inst. 2007 Aug 15;99(16):1224-31.

Cho, 2017. Cho CE, Caudill MA. Trimethylamine-N-Oxide: Friend, Foe, or Simply Caught in the Cross-Fire? Trends Endocrinol Metab 2017;28:121-130.

da Costa KA, Gaffney CE, Fischer LM, Zeisel SH. Choline deficiency in mice and humans is associated with increased plasma homocysteine concentration after a methionine load. Am J Clin Nutr.
2005 Feb;81(2):440-4.
 Not cited.

da Costa KA, Niculescu MD, Craciunescu CN, Fischer LM, Zeisel SH. Choline deficiency increases lymphocyte apoptosis and DNA damage in humans. Am J Clin Nutr. 2006 Jul;84(1):88-94. Not cited.

da Costa, 2004. da Costa KA, Badea M, Fischer LM, Zeisel SH. Elevated serum creatine phosphokinase in choline-deficient humans: mechanistic studies in C2C12 mouse myoblasts. Am J Clin Nutr. 2004 Jul;80(1):163-70.

da Costa, 2006. da Costa KA, Kozyreva OG, Song J, Galanko JA, Fischer LM, Zeisel SH. Common genetic polymorphisms affect the human requirement for the nutrient choline. FASEB J. 2006 Jul;20(9):1336-44.

Dalmeijer, 2008. Dalmeijer GW, Olthof MR, Verhoef P, Bots ML, van der Schouw YT. Prospective study on dietary intakes of folate, betaine, and choline and cardiovascular disease risk in women. Eur J Clin Nutr. 2008 Mar;62(3):386-94.

Davenport, 2015. Davenport C, Yan J, Taesuwan S, Shields K, West AA, Jiang X, Perry CA, Malysheva OV, Stabler SP, Allen RH, Caudill MA. Choline intakes exceeding recommendations during human lactation improve breast milk choline content by increasing PEMT pathway metabolites. J Nutr Biochem. 2015 Sep;26(9):903-11.

Detopoulou, 2008. Detopoulou P, Panagiotakos DB, Antonopoulou S, Pitsavos C, Stefanadis C. Dietary choline and betaine intakes in relation to concentrations of inflammatory markers in healthy adults: the ATTICA study. Am J Clin Nutr. 2008 Feb;87(2):424-30.

Dietary Reference Intakes, 1998. Dietary Reference Intakes for Thiamin, Riboflavin, Niacin, Vitamin B6, Folate, Vitamin B12, Pantothenic A Report of the Standing Committee on the Scientific Evaluation of Dietary Reference Intakes and its Panel on Folate, Other B Vitamins, and Choline and Subcommittee on Upper Reference Levels of Nutrients, Food and Nutrition Board, Institute of Medicine. 1998:390-422.

Fischer, 2005. Fischer LM, Scearce JA, Mar MH, Patel JR, Blanchard RT, Macintosh BA, Busby MG, Zeisel SH. Ad libitum choline intake in healthy individuals meets or exceeds the proposed adequate intake level. J Nutr. 2005 Apr;135(4):826-9.

Fischer, 2007. Fischer LM, daCosta KA, Kwock L, Stewart PW, Lu TS, Stabler SP, Allen RH, Zeisel SH. Sex and menopausal status influence human dietary requirements for the nutrient choline. Am J Clin Nutr. 2007 May;85(5):1275-85.

Fischer, 2010. Fischer LM, da Costa KA, Kwock L, Galanko J, Zeisel SH. Dietary choline requirements of women: effects of estrogen and genetic variation. Am J Clin Nutr. 2010 Nov;92(5):1113-9.

Higgins, 2004. Higgins JPT, Flicker L. Lecithin for dementia and cognitive impairment. Cochrane Database of Systematic Reviews 2000, Issue 4. Art. No.: CD001015. DOI: 10.1002/14651858.CD001015. Review content assessed as up-to-date: 5 May 2004.

Hollenbeck, 2010. Hollenbeck CB. The importance of being choline. J Am Diet Assoc. 2010 Aug;110(8):1162-5.

Johansson, 2009. Johansson M, Van Guelpen B, Vollset SE, Hultdin J, Bergh A, Key T, Midttun O, Hallmans G, Ueland PM, Stattin P. One-carbon metabolism and prostate cancer risk: prospective investigation of seven circulating B vitamins and metabolites. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev. 2009 May;18(5):1538-43.

Kohlmeier, 2005. Kohlmeier M, da Costa KA, Fischer LM, Zeisel SH. Genetic variation of folate-mediated one-carbon transfer pathway predicts susceptibility to choline deficiency in humans. Proc Natl Acad Sci U S A. 2005 Nov 1;102(44):16025-30. Epub 2005 Oct 18.

Korsmo, 2019. Korsmo HW, Jiang X, Caudill MA. Choline: Exploring the growing science on its benefits for moms and babies. Nutrients. 2019 Aug 7;11(8). pii: E1823. doi: 10.3390/nu11081823.

Lee, 2010. Lee JE, Giovannucci E, Fuchs CS, Willett WC, Zeisel SH, Cho E. Choline and betaine intake and the risk of colorectal cancer in men. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev. 2010 Mar;19(3):884-7.

Leermakers, 2015. Leermakers ET, Moreira EM, Kiefte-de Jong JC, Darweesh SK, Visser T, Voortman T, Bautista PK, Chowdhury R, Gorman D, Bramer WM, et al. Effects of choline on health across the life course: a systematic review. Nutr Rev 2015;73:500-22

Meyer, 2017. Meyer KA, Shea JW. Dietary Choline and Betaine and Risk of CVD: A Systematic Review and Meta-Analysis of Prospective Studies. Nutrients 2017;9.

Mills, 2014. Mills JL, Fan R, Brody LC, Liu A, Ueland PM, Wang Y, Kirke PN, Shane B, Molloy AM. Maternal choline concentrations during pregnancy and choline-related genetic variants as risk factors for neural tube defects. Am J Clin Nutr 2014;100:1069-74.

Perrin, 2019. Perrin MT, Pawlak R, Allen LH, Hampel D. Total water-soluble choline concentration does not differ in milk from vegan, vegetarian, and nonvegetarian lactating women. J Nutr 2019;000:1–6.

Poly, 2011. Poly C, Massaro JM, Seshadri S, Wolf PA, Cho E, Krall E, Jacques PF, Au R. The relation of dietary choline to cognitive performance and white-matter hyperintensity in the Framingham Offspring Cohort. Am J Clin Nutr 2011;94:1584-91.

Savendahl L, Mar MH, Underwood LE, Zeisel SH. Prolonged fasting in humans results in diminished plasma choline concentrations but does not cause liver dysfunction. Am J Clin Nutr. 1997 Sep;66(3):622-5. Not cited.

Shaw, 2004. Shaw GM, Carmichael SL, Yang W, Selvin S, Schaffer DM. Periconceptional dietary intake of choline and betaine and neural tube defects in offspring. Am J Epidemiol. 2004 Jul 15;160(2):102-9.

Shaw, 2006. Shaw GM, Carmichael SL, Laurent C, Rasmussen SA. Maternal nutrient intakes and risk of orofacial clefts. Epidemiology 2006;17:285-91.

Tang, 2013. Tang WHW, Wang Z, Levison BS, Koeth RA, Britt EB, Fu X, Wu Y, Hazen SL. Intestinal Microbial Metabolism of Phosphatidylcholine and Cardiovascular Risk. N Engl J Med 2013(April 25, 2013);368:1575-1584.

U.S. Department of Agriculture, 2019. U.S. Department of Agriculture, Agricultural Research Service. FoodData Central, 2019.

Villamor, 2012. Villamor E, Rifas-Shiman SL, Gillman MW, Oken E. Maternal intake of methyl-donor nutrients and child cognition at 3 years of age. Paediatr Perinat Epidemiol. 2012 Jul;26(4):328-35.

Wallace TC, Blusztajn JK, Caudill MA, Klatt KC, Natker E, Zeisel SH, Zelman KM. Choline: The Underconsumed and Underappreciated Essential Nutrient. Nutr Today 2018;53:240-253. Not cited.

Wallace, 2016. Wallace TC, Fulgoni VL, 3rd. Assessment of Total Choline Intakes in the United States. J Am Coll Nutr 2016;35:108-12.

Wang, 2011. Wang Z, Klipfell E, Bennett BJ, Koeth R, Levison BS, Dugar B, Feldstein AE, Britt EB, Fu X, Chung YM, Wu Y, Schauer P, Smith JD, Allayee H, Tang WH, DiDonato JA, Lusis AJ, Hazen SL. Gut flora metabolism of phosphatidylcholine promotes cardiovascular disease. Nature. 2011 Apr 7;472(7341):57-63.

Wiedeman AM, Barr SI, Green TJ, Xu Z, Innis SM, Kitts DD. Dietary Choline Intake: Current State of Knowledge Across the Life Cycle. Nutrients 2018;10 Not cited.

Wu, 2012. Wu BT, Dyer RA, King DJ, Richardson KJ, Innis SM. Early second trimester maternal plasma choline and betaine are related to measures of early cognitive development in term infants. PLoS One 2012;7:e43448.

Xu, 2008. Xu X, Gammon MD, Zeisel SH, Lee YL, Wetmur JG, Teitelbaum SL, Bradshaw PT, Neugut AI, Santella RM, Chen J. Choline metabolism and risk of breast cancer in a population-based study. FASEB J. 2008 Jun;22(6):2045-52. Epub 2008 Jan 29.

Xu, 2009. Xu X, Gammon MD, Zeisel SH, Bradshaw PT, Wetmur JG, Teitelbaum SL, Neugut AI, Santella RM, Chen J. High intakes of choline and betaine reduce breast cancer mortality in a population-based study. FASEB J. 2009 Nov;23(11):4022-8. Epub 2009 Jul 27.

Zheng, 2016. Zheng Y, Li Y, Rimm EB, Hu FB, Albert CM, Rexrode KM, Manson JE, Qi L. Dietary phosphatidylcholine and risk of all-cause and cardiovascular-specific mortality among US women and men. Am J Clin Nutr 2016;104:173-80.

Zeisel, 1991. Zeisel SH, Da Costa KA, Franklin PD, Alexander EA, Lamont JT, Sheard NF, Beiser A. Choline, an essential nutrient for humans. FASEB J. 1991 Apr;5(7):2093-8.

Zeisel, 2017. Zeisel S. Choline, Other Methyl-Donors and Epigenetics. Nutrients 2017;9.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :