Perte de cheveux

par Jack Norris, diététicien

Contenu

Résumé

Occasionnellement, les femmes qui deviennent végétariennes ou végétaliennes déclarent subir une perte de cheveux. S’il y a une cause alimentaire, les plus probables sont une perte de poids rapide, des problèmes de thyroïde ou une carence en fer (bien que cela ait été remis en question plus récemment ; voir ci-dessous). Une carence en zinc et un apport insuffisant en lysine, un acide aminé, pourraient également être des coupables.

Introduction

La perte de cheveux chez les femmes n’est pas un problème inhabituel. Dans une étude, 34 % des femmes du Japon, des États-Unis et du Royaume-Uni ont signalé une augmentation de la perte de cheveux par rapport à 5 ans auparavant. Les raisons de la perte de cheveux sont complexes et peuvent varier d’une personne à l’autre. Ainsi, il est important de consulter un médecin qui pourra diagnostiquer le problème spécifique.

La perte de cheveux et la nutrition

Dans certains cas, la perte de cheveux peut être liée à l’alimentation. La perte de cheveux se produit parfois lors d’une perte de poids rapide. Dans une étude, les cheveux ont repoussé en quelques mois après une perte de poids. Dans d’autres cas, des raisons nutritionnelles moins évidentes peuvent expliquer la perte de cheveux.

Selon Mayo Clinic, une glande thyroïde hyperactive ou sous-active peut entraîner une perte de cheveux. En devenant végétarien ou végétalien, les gens peuvent augmenter leur consommation de soja. Le soja peut affecter la thyroïde, en particulier lorsque les niveaux d’iode sont insuffisants ou qu’une personne est prédisposée aux problèmes de thyroïde. S’assurer que vous consommez suffisamment d’iode, en prenant 75 à 150 µg par jour d’un supplément, devrait prévenir tout problème de perte de cheveux qui pourrait être dû à l’iode ou au soja. Si vous êtes prédisposé aux problèmes de thyroïde, limiter le soja pourrait également vous aider.

En 2002, le Dr DH Rushton, de l’Université de Portsmouth au Royaume-Uni, a rédigé un article de synthèse complet sur la perte de cheveux, dont voici un résumé (Rushton, 2002).

La perte de cheveux peut être divisée en deux catégories : La perte de cheveux avec perte de la peau (également appelée « desquamation ») et la perte de cheveux sans perte de la peau. La perte de cheveux avec perte de peau est probablement liée à un trouble cutané. Dans certains cas, une supplémentation en biotine (1 à 2 mg pendant 2 mois) a été bénéfique. Les acides gras essentiels (oméga 3 et/ou oméga 6) pourraient également aider dans la perte de cheveux causée par des affections cutanées.

Il y a un manque de données objectives sur la perte de cheveux sans mue cutanée. À une époque, une croyance répandue voulait que la carence en zinc soit une cause commune. Cependant, il n’a pas été démontré que la supplémentation en zinc améliore la perte de cheveux, même lorsqu’une carence est suspectée. Un aspect qui semble clair est que la carence en fer (une faible ferritine sérique sans anémie) est liée à la perte de cheveux chez les femmes. Dans une étude, 72 % des femmes ayant de faibles réserves en fer (une ferritine sérique inférieure à 40 mcg/l) présentaient une densité de cheveux réduite.

L’acide aminé L-lysine joue un rôle dans l’absorption du fer et du zinc. Parmi les aliments végétaux, la L-lysine ne se trouve en grande quantité que dans les légumineuses, et un végétalien qui ne mange pas beaucoup de légumineuses pourrait se retrouver en déficit de lysine. Chez certaines femmes, la supplémentation en fer n’entraîne pas d’augmentation des réserves de fer. Mais dans une étude, l’ajout de L-lysine (à raison de 1,5 – 2 g/jour pendant 6 mois) à la supplémentation en fer chez ces femmes a effectivement augmenté les réserves en fer et diminué de moitié la perte de cheveux.

Le Dr Rushton a noté les bricoles suivantes :

  • Dans une multivitamine, si le niveau de zinc est égal au niveau de fer, alors l’absorption du fer est significativement diminuée. Un rapport de 3 à 1, fer/zinc, est souhaitable pour éviter toute interférence concurrentielle.
  • Une supplémentation excessive en vitamine E (par exemple, 600 UI par jour pendant 1 mois) peut avoir un effet négatif sur la croissance des cheveux. Chez les patients souffrant de perte de cheveux qui présentent des niveaux élevés d’acide folique (également connu sous le nom de folate), une supplémentation excessive en acide folique devrait probablement être interrompue.
  • Réduire la fréquence des shampoings n’aide pas à préserver les cheveux et peut augmenter la crainte de la perte de cheveux, car une plus grande quantité de cheveux sera perdue en une seule fois lors du lavage.

Carence en fer

Bien que les études portant sur la carence en fer chez les femmes présentant une perte de cheveux aient été quelque peu mitigées, une étude bien contrôlée de 2010 n’a trouvé aucune différence dans les taux de carence en fer ou d’anémie entre les femmes présentant une perte de cheveux et les témoins (Olsen, 2010). Il est possible que la carence en fer joue un rôle dans la perte de cheveux de certaines femmes, mais il est peu probable qu’elle soit une cause primaire dans la plupart des cas.

Bibliographie

Olsen, 2010. Olsen EA, Reed KB, Cacchio PB, Caudill L. Iron deficiency in female pattern hair loss, chronic telogen effluvium, and control groups. J Am Acad Dermatol. 2010 Dec;63(6):991-9. Epub 2010 Oct 13.

Rushton, 2002. Rushton DH. Nutritional factors and hair loss. Clin Exp Dermatol. 2002 Jul;27(5):396-404.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :