Conditions qui contre-indiquent la cyanocobalamine

Insuffisance rénale chronique

Les personnes souffrant d’insuffisance rénale chronique ne détoxifient pas le cyanure aussi bien que les personnes dont les reins sont en bonne santé. On pense que cela peut entraîner des problèmes nerveux, notamment chez les fumeurs (1). C’est pourquoi il est préférable pour les patients souffrant d’insuffisance rénale de prendre une forme de B12 autre que la cyanocobalamine.

Koyama et al. (1) suggèrent que les patients sous hémodialyse reçoivent 500 µg de méthylcobalamine par voie intraveineuse après chaque dialyse. Les végétaliens atteints d’une maladie rénale, qu’ils soient ou non sous dialyse, devraient prendre une forme de B12 non cyanocobalaminée. Ces patients doivent discuter avec leur professionnel de santé de la quantité à prendre. 1 000 µg (1 mg) de méthylcobalamine ou d’adénosylcobalamine par jour peuvent être suffisants.

Défauts du métabolisme du cyanure

La cobalamine a une forte attirance pour le cyanure. Bien qu’il s’agisse d’une substance chimique naturelle produite par l’organisme, le cyanure est toxique, et le corps le transforme en thiocyanate afin de l’excréter. Si cette voie est défectueuse ou submergée par l’ingestion d’une trop grande quantité de cyanure (comme chez les fumeurs ou les Nigérians qui mangent de grandes quantités de manioc à forte teneur en cyanure), l’organisme peut détoxifier le cyanure en le fixant à la cobalamine, puis en excrétant la cyanocobalamine. L’atrophie optique de Leber, l’amblyopie due au tabac et à l’alcool et d’autres maladies oculaires peuvent parfois répondre à de fortes doses d’hydroxocobalamine qui servent à détoxifier le cyanure. Dans ces cas, il peut y avoir trop de cyanure dans les tissus (empêchant la conversion de la cyanocobalamine en méthylcobalamine ou en adénosylcobalamine) pour que les suppléments de cyanocobalamine soient efficaces pour maintenir le statut B12 (2). Dans ce cas, une autre forme de B12 doit être administrée (parlez-en à votre professionnel de santé) (3).

Références

1. Koyama K, Yoshida A, Takeda A, Morozumi K, Fujinami T, Tanaka N. Abnormal cyanide metabolism in uraemic patients. Nephrol Dial Transplant. 1997 Aug;12(8):1622-8.

2. Linnell JC, Matthews DM. Cobalamin metabolism and its clinical aspects. Clin Sci (Lond). 1984 Feb;66(2):113-21.

3. Food and Nutrition Board, Institute of Medicine. Dietary Reference Intakes for Thiamin, Riboflavin, Niacin, Vitamin B6, Folate, Vitamin B12, Pantothenic Acid, Biotin, and Choline. Washington, DC: National Academy Press; 2000.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :