Suppléments de calcium et cancer colorectal

Publié le 5 juin 2018

Aux États-Unis, le cancer colorectal est le 4e cancer le plus fréquemment diagnostiqué ainsi que la 2e cause de décès par cancer chaque année (1).

Le cancer colorectal commence souvent par un polype sur la paroi interne du côlon (ce qu’on appelle le gros intestin) ou du rectum (les 15 derniers centimètres du gros intestin). Les polypes sont détectés lors d’une coloscopie puis, s’ils ont été détectés, enlevés.

Les deux types les plus courants de polypes sont les polypes adénomateux et les polypes dentelés. Les adénomateux ont tendance à se développer lentement. Les dentelés peuvent se développer rapidement, de sorte qu’une personne présentant une coloscopie « propre » pourrait développer un gros polype, ou même un cancer, dans l’intervalle entre deux coloscopies (2). Les polypes dentelés seraient impliqués dans 10 à 30 % des cas de cancer colorectal (3).

Une étude récente soulève des questions sur l’effet des suppléments de calcium sur le risque de polypes dentelés (4). Les chercheurs ont étudié 2 058 personnes chez qui un adénome classique avait déjà été diagnostiqué. Elles ont été réparties au hasard dans l’un des quatre groupes suivants :

  • Supplément de 1 200 mg de calcium par jour ;
  • Supplément de 1 000 UI de vitamine D par jour ;
  • 1 200 mg de calcium plus 1 000 UI de vitamine D par jour ;
  • Placebo sans calcium ni vitamine D.

Elles ont reçu le traitement qui leur avait été attribué pendant 3 à 5 ans, se sont soumises à une coloscopie de contrôle, puis ont cessé de prendre le supplément. Elles ont ensuite été observées pendant au moins 3 années supplémentaires, au terme desquelles elles ont subi une nouvelle coloscopie. À la fin de la période placebo, il n’y avait pas de différence significative entre les groupes en ce qui concerne les polypes dentelés. Mais à la fin de l’étude — au moins 3 ans après l’arrêt de la supplémentation — les sujets qui avaient reçu des suppléments de calcium, seuls ou en association avec de la vitamine D, présentaient un risque plus élevé de polypes dentelés, 2,65 (1,43-4,91) pour le calcium et 3,81 (1,25-11,64) pour le calcium plus la vitamine D.

Les femmes et les fumeurs d’alors qui faisaient partie des groupes recevant les suppléments de calcium présentaient le risque le plus élevé. L’apport en calcium alimentaire ne semble pas avoir d’incidence sur le risque.

Il est important de garder plusieurs choses à l’esprit :

  • Il s’agit d’une seule étude et d’autres ont obtenu des résultats différents. Une méta-analyse d’études d’observation et d’intervention a révélé qu’un apport global plus élevé en calcium était associé à une diminution du risque de polypes dentelés (3) et une étude d’observation n’a trouvé aucune association entre l’apport en calcium et le risque de polypes dentelés (5) — aucune de ces études n’a étudié spécifiquement les suppléments de calcium.
  • Il existe des preuves relativement solides que le tabagisme, une consommation d’alcool plus importante, un indice de masse corporelle plus élevé, une consommation élevée de graisses et de viande rouge augmentent le risque de polypes dentelés (3). La résolution de ces problèmes peut contribuer à réduire le risque d’une personne.
  • Les chercheurs n’ont examiné qu’un supplément de calcium fournissant 1 200 mg de calcium par jour — nous recommandons généralement des quantités beaucoup plus faibles en cas de supplémentation.

Il est important de voir si d’autres chercheurs sont capables de reproduire les résultats de cette étude. Les auteurs suggèrent que les personnes atteintes de polypes dentelés, en particulier les femmes et les fumeurs, devraient éviter les suppléments de calcium (4).

En raison du rôle du calcium dans la prévention de l’ostéoporose, les personnes qui n’utilisent pas de suppléments de calcium doivent connaître les bonnes sources de calcium et s’efforcer d’avoir un apport adéquat en calcium — voir Besoins quotidiens pour nos recommandations les plus récentes en matière de calcium et Calcium Partie 2-La Recherche pour une discussion plus approfondie des besoins en calcium des végétaliens.

Références

1. SEER Cancer Stat Facts: Colorectal Cancer. National Cancer Institute. Bethesda, MD.

2. O’Connell BM, Crockett SD. The clinical impact of serrated colorectal polyps. Clin Epidemiol. 2017 Feb 22;9:113-125.

3. Bailie L, Loughrey MB, Coleman HG. Lifestyle risk factors for serrated colorectal polyps: A systematic review and meta-analysis. Gastroenterology. 2017 Jan;152(1):92-104.

4. Crockett SD, Barry EL, Mott LA, et al. Calcium and vitamin D supplementation and increased risk of serrated polyps: results from a randomised clinical trial. Gut. 2018 Mar 1. pii: gutjnl-2017-315242. doi: 10.1136/gutjnl-2017-315242. [Epub ahead of print]

5. He X, Wu K, Ogino S, Giovannucci EL, Chan AT, Song M. Association between risk factors for colorectal cancer and risk of serrated polyps and conventional adenomas. Gastroenterology. 2018 Apr 24. pii: S0016-5085(18)30480-3. doi: 10.1053/j.gastro.2018.04.019. [Epub ahead of print]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :